Lettre ouverte d’une cycliste de Fresnes au département du Val-de-Marne

Nous étions en copie de son courriel au département. Tous ses constats, ses remarques, ses demandes sont justes, illustrent parfaitement le quotidien des Val-de-Marnais à vélo, et valent pour la plupart de nos villes: de Créteil à Vitry-sur-Seine, de Thiais à Champigny-sur-Marne…

Nous publions avec son accord son courriel, et nous la remercions d’avoir en quelque sorte porté nos voix.

Bonjour,

J’emprunte à vélo, tous les jours ouvrables, la D127, de Fresnes (à partir de l’A86) à Cachan. Certaines parties de cette route ont été refaites récemment avec la création de pistes cyclables et j’ai plusieurs remarques :

  • faire des pistes cyclables sur les trottoirs est une très mauvaise idée : le trottoir n’est pas assez large pour les piétons qui se retrouvent donc sur la moitié piste cyclable ce qui rend cette dernière difficilement utilisable pour un usage de déplacement domicile-travail. En outre, il n’est pas rare que les poubelles soient entreposées sur ce trottoir/piste cyclable ce qui rend l’espace encore plus compliqué à partager.
  • la piste cyclable est soit directement contre les places de stationnement et leurs portières qui peuvent à tout moment s’ouvrir, soit de la végétation sépare la chaussée de la piste cyclable ce qui pourrait être mieux si ces massifs étaient taillés et n’occupaient pas une large part de la zone vélo.
  • les voitures utilisent les bateaux comme place de stationnement. Mon vélo n’étant pas équipé de l’option  » vol au-dessus des obstacles » je me retrouve régulièrement coincée.
  • les automobilistes s’engagent dans les parkings des immeubles ou en sortent sans avoir conscience des vélos qui peuvent arriver, beaucoup plus vite qu’un piéton. Plusieurs fois j’ai frôlé l’accident.
  • il n’y a pas de marquage au sol pour indiquer la piste cyclable aux intersections, les automobilistes qui arrivent des rues latérales ou qui tournent n’ont pas conscience des vélos qui peuvent arriver, beaucoup plus vite qu’un piéton. Plusieurs fois j’ai frôlé l’accident.
  • avec l’hiver qui arrive, l’éclairage est insuffisant dans de nombreuses zones : il est tourné vers la chaussée, la piste cyclable est à l’ombre des arbres qui ont encore des feuilles.
  • par ailleurs, lorsque ces arbres perdent leurs feuilles, elles s’accumulent sur la piste cyclable qui est rarement nettoyée. Avez-vous déjà effectué un freinage d’urgence (pour éviter un chien ou un piéton par exemple) à vélo sur un sol recouvert de feuilles mortes ? La probabilité de chute est proche de 100%…

Étant donné le danger et l’inconfort de cette piste cyclable, je tente régulièrement de rouler sur la chaussée puisque j’en ai le droit. Mais les automobilistes ne sont pas de cet avis et l’espace étant insuffisant sur la chaussée pour doubler un vélo en toute sécurité, ils le font malheureusement trop souvent en risquant mon intégrité physique.

J’espère que le département ne financera plus de tels équipements et qu’il consultera des personnes faisant du vélo au quotidien pour concevoir les prochains aménagements cyclables. A court terme, pour le tronçon qui me concerne, il sera intéressant :

  • de réaliser un marquage au sol sur les rues latérales dans le prolongement de la piste cyclable,
  • d’assurer un nettoyage régulier de la chaussée cyclable,
  • et de verbaliser systématiquement les voiture garées sur cette piste cyclable.

Cordialement,

[Une cycliste de Fresnes]

Publié dans Actualité, Aménagements | 2 commentaires

On a testé pour vous: le Zodiac-Vélo sur la Marne

Pendant les travaux de modernisation de la passerelle de la Pie, qui relie les villes de Saint-Maur (maître d’œuvre) et Créteil, un passeur de rive assure la traversée de la Marne du quai de la Pie côté Saint-Maur à l’île des Ravageurs côté Créteil.

Ces travaux permettront à partir de février/mars prochain l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite grâce à un ascenseur panoramique.

En attendant, un bateau pneumatique semi-rigide de type Zodiac permet avec succès aux piétons et même aux vélos de se rendre d’un bord à l’autre en quelques secondes.

Les horaires (tous les jours de 7h30 à 9h30, de 12h à 14h et de 17h à 19h) semblent calqués sur des horaires des trajets domicile-travail, avec une ouverture en conséquence de l’île des Ravageurs.  

Les pilotes sont aux petits soins pour les voyageurs de cette intermodalité originale : gilet de sauvetage obligatoire, aide pour embarquer ou débarquer, pour les piétons et surtout pour les vélos.

Il y a des habitués : les grands pour aller au bureau, les plus jeunes pour se rendre au collège ou au lycée. Tous les matins, le Zodiac embarque par exemple trois collégiens et leurs vélos, pour se rendre de l’île Sainte-Catherine à leur collège à Saint-Maur.

Le bateau est aussi emprunté le week-end, pour se promener d’une rive à l’autre sur les bords de Marne, très prisés des Cristoliens comme des Saints-Mauriens.

Et depuis le passage à l’heure d’hiver, l’arrivée ou le départ côté Créteil, par le parc des Ravageurs, a été éclairé : guirlande lumineuse sur le ponton et projecteurs temporaires sur le chemin du parc, dont les pilotes ont la clé pour qu’il puisse ouvrir au-delà des horaires habituels, jusqu’au départ du dernier bateau.

Bien que les usagers puissent se féliciter de la mise en place de ce service temporaire et efficace pour remplacer la passerelle de la Pie, il faut néanmoins noter quelques points faibles qui pourraient être facilement améliorés :

Tout d’abord, l’accès au ponton côté Saint-Maur se fait par un escalier très raide, difficilement accessible aux vélos ou poussettes, sans parler des personnes en fauteuil pour qui le Zodiac n’est de toute façon pas utilisable et qui devront attendre l’ouverture de la nouvelle passerelle et de son ascenseur.

Si les jeunes ont l’agilité nécessaire pour monter ou descendre cette volée de marches avec le vélo sur l’épaule, pour les autres il est nécessaire de se faire aider par une bonne âme de passage ou de traverser à deux pour pouvoir s’aider mutuellement à porter les vélos.

Une gouttière résoudrait le problème, au moins pour les vélos à défaut des poussettes.

Côté horaires, si elles peuvent être partiellement satisfaisantes en semaine pour faire traverser les travailleurs, et encore faut-il qu’ils ne soient pas en horaires décalés, elles sont clairement inadaptées pour les retraités et pour les promeneurs en particulier le week-end : très peu de personnes traversent à 7h30 un dimanche matin, alors qu’en journée de nombreux promeneurs sont contraints de faire le tour par le pont de Créteil peu propice à la promenade et dangereux en vélo.

Et pour le moment la navette-Zodiac est prévue jusqu’à fin novembre. Espérons qu’elle sera reconduite jusqu’à la fin des travaux.

Enfin dernier passage délicat : la piste cyclable côté Saint-Maur est occupée par le chantier de la passerelle. Les piétons sont invités à emprunter le trottoir d’en face, mais les vélos n’ont le choix qu’entre le trottoir (conflit possible avec les piétons) ou la route en sens inverse de la circulation sans place pour se croiser avec les voitures.

En conclusion

Merci à la mairie de Saint-Maur pour la mise en place de ce sympathique passeur de rives, mais il reste un peu de travail pour mieux intégrer le vélo dans les aménagements temporaires en cas de travaux.

Et pour ce qui est des aménagements définitifs, quid d’un accès de type rampe le long du futur escalier de la passerelle, pour les vélos et tous les PMR en cas de panne de l’ascenseur ?

La nécessité qui a conduit la ville de Saint-Maur à prévoir ce type de passeur de circonstance montre bien la nécessité plus générale de prendre partout en considération le franchissement des coupures urbaines, durables ou temporaires, pour les usagers vulnérables. Cette nécessité, nous aimerions l’applaudir également dans des quartiers moins favorisés comme dans la rue Gustave Eiffel de Créteil où les travaux de la future ligne de métro battent leur plein depuis plusieurs années sans que les usagers vulnérables n’aient été vraiment pris en considération, comme l’a mis en avant notre association à de nombreuses reprises dans ses articles.

Travaux de la passerelle : site de la mairie de Saint-Maur

Travaux de la passerelle : site de la mairie de Créteil

Publié dans Actualité, Aménagements | Laisser un commentaire

Maisons-Alfort, où la voiture règne sans partage

A trois kilomètres de Paris, sur les bords de la Marne, la ville de Maisons-Alfort, sixième ville du Val-de-Marne par sa population, est traversée par l’autoroute A4 et par trois routes départementales, dont deux à deux fois deux voies.

La voiture est partout, en force: en files de bouchons aux carrefours d’Alfort ou de la Croix des Ouches, dans la longueur de l’avenue du Général de Gaulle devant la mairie et son feu rouge, dans les rues de Charentonneau (vaste quartier pavillonnaire vécu indissociablement de l’automobile) en stationnement sur les trottoirs, en doubles files devant la Poste avenue Cadiot ou le centre sportif Georges Pompidou…

La voiture est omniprésente, écrasante, indispensable presque, vu la faiblesse des alternatives. Les gens à pied et à vélo doivent lui faire place au quotidien.

En effet la voiture individuelle requiert en moyenne 10 m² de surface, stationnée 23h par jour. Elle occupe toujours la majorité de l’espace public alors qu’elle ne concerne qu’un tiers des déplacements. Les projections la situent même autour de 20% de part modale actuellement (chiffres du Département de 2016, en attendant la prochaine étude de l’OMNIL, l’observatoire de la mobilité en Ile-de-France).

Les piétons maisonnais à la peine

Maisons-Alfort a reçu la note « E » au baromètre des villes marchables 2021 (« plutôt défavorable »; G étant la pire note).

Tous les trottoirs maisonnais ne sont pas aux normes réglementaires (1,40 m), loin de là. Et on les trouve généralement encombrés de voitures en stationnement. Le stationnement à cheval sur trottoir y est en effet innombrable. Dans sa version « sauvage », il est manifestement toléré (bien que très gênant au regard du code de la route). Et il est bien souvent « officialisé », institutionnalisé: la commune y matérialise des places de parking, souvent des deux côtés de chaque rue, dès que possible.

Cette possibilité est certes prévue par le code général des collectivités territoriales, mais très encadrée. Vous trouverez l’état du droit ici, et . Un tel stationnement matérialisé requiert 1,40m d’espace laissé pour les piétons (1,20 m possible ponctuellement pour le passage d’un obstacle), le compte y est rarement.

On observe que nombreux piétons préfèrent marcher sur la chaussée plutôt qu’emprunter les trottoirs encombrés, sitôt qu’il n’y a pas de voiture à l’horizon.

Maisons-Alfort est une ville difficile à marcher, désagréable et parfois dangereuse à pied. Petit tour d’horizon.

Un matin sur le chemin du collège Nicolas de Staël, rue Victor Hugo. On joue des coudes sur les maigres trottoirs.
Le quartier pavillonnaire de Charentonneau, son double stationnement à cheval sur trottoir, partout.
Entre les poubelles et les camionnettes, pas facile d’apprendre à marcher rue Parmentier.
Le passage Imberdis, très fréquenté par les piétons dont les enfants de trois écoles alentours, est un raccourci bien connu des automobilistes maisonnais, qui l’empruntent dans les deux sens! Les « trottoirs » font 50 cm. Les riverains ont obtenu dernièrement une limitation, à 30 km/h… Le nouveau panneau est régulièrement tordu par le stationnement.
Le stationnement sur trottoirs est institutionnalisé avec des aménagement récents, exemple rue Georges Médéric.
Institutionnalisé ou « sauvage » comme ici, le stationnement à cheval sur trottoir concerne tous les quartiers, ici côté Juilliottes, près de la médiathèque.
Dernière variante: le stationnement sur trottoir institutionnalisé « débordant »…
Devant l’ensemble sportif Georges Pompidou et la Maison pour tous du même nom, les automobilistes s’entre-bloquent plusieurs fois par jour, pour déposer des enfants. Ici ce samedi, même la police y participe ou s’en trouve gênée, un peu des deux sûrement…

Incivilités, mises en danger, rien ne se passe

Les gens à pied comme à vélo sont régulièrement mis en danger par les automobilistes. Les contrevenants sont manifestement tranquilles, les polices municipale et nationale intervenant manifestement bien rarement.

Les passages piétons servent aussi pour stationner (ici rue Paul Vaillant-Couturier, devant l’une des sorties de l’école Parmentier).
Stationnement très gênant pour les piétons comme les cyclistes, rue Jean Jaurès (D6).
Malgré l’interdiction bien visible, des automobilistes stationnent sur l’entrée de secours de l’école Parmentier (avenue du Général de Gaulle), gênant chaque jour ou presque des dizaines de parents et d’enfants.
La ligne jaune discontinue interdit le stationnement devant la ligne. Théoriquement. Ici quartier des Juilliottes.

L’inaction côté vélo

A Maisons-Alfort, deux pistes cyclables séparées du trafic motorisé sont aménagées le long des deux principaux axes de circulation en direction de Paris, sur la D19 (avenue du Général Leclerc) et la D6 (avenues du Général de Gaulle, du professeur Cadiot et Léon Blum). Ces pistes départementales sont assez efficientes: nombre de cyclistes les emploient, notamment pour les déplacements pendulaires vers et depuis Paris. Ces deux aménagements doivent expliquer le score pas si catastrophique de la ville au baromètre des villes cyclables (E tout de même: « plutôt défavorable »).

Ces pistes présentent toutefois de nombreux défauts: les priorités sont souvent indistinctes aux intersections, elles sont discontinues (disparaissent aux arrêts de bus par exemple), parfois bidirectionnelles elles peuvent être déportées d’un côté ou de l’autre de la départementale, etc. Surtout, elles sont construites sur les trottoirs et non sur la chaussée. Les conflits d’usage sont nombreux, la vigilance est requise pour piétons et cyclistes.

Et surtout il n’y a pas que Paris et le « vélotaf » dans la vie. Les usagers et les associations cyclistes demandent de longue date un complément transversal, un « barreau » plus local qui, à Maisons-Alfort, permettrait de relier les quartiers résidentiels de Charentonneau et des Planètes avec le Centre, son marché, la mairie et la gare RER: une piste cyclable bidirectionnelle sur l’avenue de la République. Sans succès jusqu’alors: réponse d’attente du département, silence radio des deux municipalités interpellées…

Le « chaînon manquant » : la piste cyclable avenue de la République…

Au nord sur les bords de Marne, avenues Foch et Joffre, la ville a aménagé il y a une dizaine d’années « 4 km de promenade accessible aux piétons, cyclistes et automobilistes dans le cadre du dispositif réglementaire de chaussée partagée qui donne la priorité à l’usager le plus vulnérable et d’une zone 30 qui limite la vitesse des automobilistes à 30 km/h sur toute la longueur des voies. » Initialement, une large piste cyclable bidirectionnelle était prévue, mais la mairie a reculé face à une bronca d’automobilistes, ne voulant pas renoncer à un sens de circulation. L’aménagement au final est raté, il ne satisfait pas grand monde. Les gens à vélo y sont régulièrement « pressés », klaxonnés ou doublés dangereusement par des automobilistes pressés…

Hors des trois aménagements cyclables précités, il n’y a rien ou presque pour les mobilités actives:

  • peu de rues à 30 et pas de « zone 30 » proprement dite, pour apaiser la ville;
  • pas de « doubles sens cyclables »*, permettant aux gens à vélo d’emprunter des rues étroites dans les deux sens;
  • pas de « sas vélo » aux feux, permettant aux cyclistes de s’insérer et démarrer posément, et éloignant les voitures des piétons sur les passages piétons;
  • pas de panneaux « M12 », alias les « cédez-le-passage cycliste », qui permettent de tourner ou continuer si aucun piéton ou automobiliste ne passe;
  • pas de dégagement des passages piétons en éloignant le stationnement, ce qui donne de la visibilité aux piétons et automobilistes et améliore la sécurité;
  • Pas de « rues aux écoles », qui permettent d’assurer la sécurité et la sociabilité aux abords des écoles.

Cette panoplie est pourtant la marque des villes modernes, cyclables, marchables et agréables. Les Maisonnais ne semblent pas devoir compter dessus: « Pas de plan vélo au programme« , nous confirmaient encore dernièrement les élus maisonnais en campagne. « Mais on a mis des arceaux vélo!« , rappelaient-ils. Ils sont aussi jolis que peu pratiques…

La loi LAURE n’est pas respectée*

Maisons-Alfort néglige le code de l’environnement et les lois « LAURE » et « LOM ». Ces textes obligent depuis 2000 les collectivités à prévoir l’aménagement d’itinéraires cyclables lorsqu’il y a des travaux de voirie, de création ou de rénovation. La jurisprudence administrative a clarifié et même étendu ces obligations, au bénéfice des usagers cyclistes et piétons de la voirie urbaine. Plus de détails ici.

Hélas, Maisons-Alfort persiste à rénover sa voirie sans l’appliquer. Derniers exemples en date: passage Imberdis (dont le pavage et les « trottoirs » ont été refaits en mars) et rue du 11 novembre (qui a connu cet été d’importants travaux du réseau de chauffage sous la chaussée).

Concernant les travaux dans cette dernière, des élus d’opposition ont protesté récemment contre le non-respect de la loi. Il y avait pourtant vraiment matière à y améliorer les mobilités: très empruntée comme chemin d’équipements sportifs et du métro, elle souffre d’un double stationnement en épis, de cheminements piétons étroits et compliqués, et pas de piste cyclable donc…

La rue du 11 novembre près du stade Delaune: double stationnement en épi et cheminements piétons compliqués.

Pour toute action concernant la circulation à vélo, Maisons-Alfort préfère ce type de communications: « Déplacements : vélos, trottinettes… les règles à respecter » ou encore « Circuler à vélo en toute sécurité : ayez les bons réflexes !« , mobilisant récemment des agents des polices nationale et municipale pour « faire de la prévention » auprès des gens à vélo… Ces mobilités sont donc davantage un problème qu’une solution?

Alors que ça bouge dans les autres villes alentours!

L’inaction de Maisons-Alfort est d’autant plus regrettable que de nombreuses villes et collectivités alentours prennent les choses en main et améliorent la vie de leurs administrés:

Il est incompréhensible que Maisons-Alfort reste ainsi bloquée dans le « tout-voiture » et prive les Maisonnais de moyens de déplacements efficaces, plaisants, économiques, bons pour la planète, la santé et la sociabilité. Puisse la ville se ressaisir. Notre association renouvelle aux élus et aux services techniques ses demandes et offres de services la concernant, pour enfin faire bouger la ville…

[Mise à jour du 20/10/2022: un habitant nous a signalé un nouvel aménagement, tout récent, rue de l’Amiral Courbet, quartier Alfort côté Marne: la mise en place d’un double sens cyclable, dans une rue passée à 30 km/h, semble-t-il rénovée en septembre. L’aménagement est parfaitement signalé en vertical des deux côtés, et en horizontal sur la chaussée. De quoi tempérer une de nos remarques plus haut, marquée d’une *, concernant l’absence de DSC. Le début d’une nouvelle ère?]

Tout récent, un double sens cyclable à Maisons-Alfort, rue de l’Amiral Courbet. Le panonceau « sauf cyclistes » est bien présent à l’autre extrémité, sous le « sens interdit »… Le premier d’une longue série?
Publié dans Actualité, Aménagements | 12 commentaires

Manifestation au Kremlin-Bicêtre: « Rendez-nous notre piste cyclable sur la D7! »

Une autre entrée du Val-de-Marne, particulièrement malmenée dernièrement: la D7 sur la commune du Kremlin-Bicêtre.

Nous étions présents hier, vendredi 15 octobre, aux côtés des cyclistes et piétons usagers de cet axe très important aux portes de Paris (porte d’Italie), réclamant les aménagement nécessaires à la sécurité de tous, avec le collectif d’associations mobilisées, MDB et ses antennes sur place notamment.

L’avenue de Fontainebleau (devant le centre commercial) bloquée pour cause « d’enterrement »

Le problème? Voyez le communiqué du collectif « KB en Transition » ci-dessous:

Il est temps de rétablir un partage sécurisé de l’espace public sur la D7, avec la construction d’une piste cyclable dédiée et sécurisée, et en attendant de remettre en service immédiatement la piste sur le trottoir. 4000 cyclistes l’emploient chaque jour, ils sont actuellement renvoyés dans la circulation générale…
Publié dans Actualité, Aménagements, Evènements | 1 commentaire

Travaux sur la voie cyclable le long de la Seine (et itinéraire bis)

La ville de Paris a publié dernièrement un avis de travaux concernant la voie verte le long de la Seine et de l’A4, à l’entrée de la ville. Source et détails ici, en bref:

  • 3 semaines de travaux entraînant coupure et déviations, du mardi 25 octobre au 15 novembre 2022
  • Entre le quai des Carrières à Charenton-le-Pont et le pont National à Paris (quai de Bercy)
  • Pour « réfection de la piste cyclable en asphalte« .

Oui, c’est peu ou prou à l’endroit où une réfection a déjà eu lieu l’année dernière, pour la pose d’une centaine de mètres d’asphalte neuve… Rebelote donc, sur une plus longue portion semble-t-il.

Les travaux à venir sont signalés depuis ce mercredi, côté Paris et Charenton. L’affichage est cette fois très visible, c’est une notable amélioration: la dernière fois c’était de petites affichettes A4…

L’affichage côté Charenton…
Et côté Paris. Contrairement au site qui parle du 25 octobre, le panneau indique le 26… Attention… Peut-être l’occasion aussi de réparer le poteau plié et de raviver les peintures effacées?

Reste néanmoins un souci: parmi les 2 ou 3000 passages par jour (dans les sens) comptés grâce au compteur situé Quai de Bercy (ici le lien vers le site de dataviz de Paris en Selle), une partie des usagers emprunte le « pont aux câbles » entre Ivry-sur-Seine et Charenton-le-Pont. Or les travaux ne sont pas signalés rive gauche à Ivry (constat du 13 octobre), et un certain nombre de cyclistes risquent de découvrir les travaux après avoir traversés! Espérons que notre alerte via Twitter aura atteint les services de la ville et du département, tagués pour l’occasion…?

Il manque une signalisation des travaux ici, pour éviter de les découvrir sur l’autre rive et de devoir rebrousser chemin…

Qui dit coupure dit déviations. L’an dernier, pour ceux ne voulant pas traverser Charenton, l’option était bien entendu de passer rive gauche par Ivry pour atteindre ou venir de Paris. Pareil cette année.

Nous avons fait le trajet ce matin, depuis Alfortville vers Paris. L’occasion de vérifier les travaux récents et quasi-finis sur le pont d’Ivry, faits par le département à la demande semble-t-il du Maire d’Alfortville (d’après ses tweets).

L’ouvrage est splendide et sûr, et les dernières finitions sont en cours. L’annonce de travaux du département est là pour le détail; pour ce qui concerne les cyclistes les pistes sont complétement déployées dans les deux sens est-ouest, il y a juste la jonction du pont vers le sud qui est inachevée (vers le quai Blanqui à Alfortville et sa fameuse voie verte sur trottoir), mais ce matin on voyait le terme, avec de la peinture et la pose de derniers potelets…

Les derniers travaux du département sur le pont d’Ivry (D19) sont à saluer: double piste cyclable moderne, séparant les flux piétons, cyclables, et motorisés.
Les travaux se terminent sur la jonction du pont au quai Blanqui d’Alfortville.

Passé le pont, voici l’itinéraire parcouru ce matin. Des difficultés notables sont à prévoir sur l’échangeur du périphérique, encore en travaux, qui demanderont de la vigilance. Pour le reste c’est aménagé tant dans Paris que côté Ivry. Bonne route.

La déviation préconisée pour rejoindre (ou revenir de) Paris depuis Créteil, Alfortville, Maisons-Alfort notamment…
Aux abords et sous le périphérique encore d’importants travaux, qui nécessiteront vigilance et vitesse réduite.
Publié dans Actualité, Aménagements, Conseils | 5 commentaires

Bilan 2015-2022 des aménagements cyclables à Créteil: les vélos moins protégés de la circulation motorisée

Pendant longtemps j’ai suivi l’évolution des aménagements cyclables en tant que cycliste habitant Créteil et correspondant de PTR94. Comme je quitte Créteil pour vivre à Chambéry, c’est le moment d’en faire le bilan. En quoi les voies du domaine public ont-elles changé du point de vue d’un cycliste du quotidien ? Voyons année par année les principaux changements…

2015

– réalisation par le CD94 (Conseil de Département du Val-de-Marne) de la voie verte de l’avenue de la Pompadour (D86) entre la gare RER de Créteil Pompadour et la limite de Choisy le Roi, sur environ 500 m.

– réalisation par le CD94 (avec cofinancement de la région) de la piste cyclable bidirectionnelle de la D19, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, entre la rue Laferrière et la limite de Maisons-Alfort. Ce tronçon long de 600 m est très fréquenté car il est en continuité avec les aménagements antérieurs de la D19 à Créteil.

– réalisation de la passerelle piétons-vélos de la Tégéval et de ses chemins d’accès par le syndicat mixte CD94-région IdF. Très esthétique et bien dimensionnée, cette voie verte est malheureusement peu empruntée, sans doute en raison de la faible densité de population des zones desservies et du manque de clarté de la signalisation pour les cyclistes.

2016

rétrécissement de l’allée piétons-vélos reliant le quartier Palais-Université au quartier Mairie-Préfecture. Sur 50 m, la voie qui était large de 4 mètres est réduite à 1,40 m de large par la pose d’une grille censée protéger les habitants d’un immeuble des Choux. Depuis, les vélos ne peuvent plus s’y engager qu’au risque de gêner fortement les piétons. Sur les 300 m séparant la place du Palais et la passerelle sur l’avenue de Choisy, cette voie est devenue de fait exclusivement piétonne. Dommage, elle était le seul passage protégé pour les cyclistes entre le quartier Palais-Université et le quartier Mairie-Préfecture–Lac de Créteil.

neutralisation temporaire par Vinci de la piste cyclable reliant la D19 à la rue Gustave Eiffel pour les besoins du chantier du parking voitures de 600 places de l’hôpital Henri Mondor. Aucun itinéraire vélo n’a été proposé en remplacement. Les travaux ont endommagé le revêtement qui n’a pas été remis en état à la fin du chantier (2017).

2017

suppression de la piste cyclable de la rue Gustave Eiffel sur plus de la moitié de sa longueur (350 m sur une longueur initiale de 600 m) pour laisser la place au chantier de la future gare de l’Echat (ligne 15 Sud). Aucun aménagement temporaire pour remplacer cette destruction malgré la durée des travaux (10 ans). Cet axe était pourtant très utile pour relier le quartier Buttes-Bordières au quartier Université – Palais et pour accéder à la station de métro depuis ces quartiers.

2018

– Mise en service d’un parking public de 300 places (Brie-Joly) débouchant sur la piste cyclable de la D19. Depuis, la piste cyclable est utilisée sur 30 mètres comme principale voie de sortie avec une très mauvaise visibilité, rendant cette section dangereuse pour les cyclistes. A proximité immédiate, la réalisation de la place Arnaud Beltrame a supprimé sur 50 m la piste cyclable, et une fontaine arrose fréquemment l’endroit où passait la piste. Ces réalisations reviennent à neutraliser la piste cyclable sur 100 m environ dans le sens Bonneuil→Maisons-Alfort.

Depuis 2018 la piste cyclable de la D19 est utilisée comme voie de sortie du parking public Brie-Joly

suppression sur 250 m de la piste cyclable de la D215 rue du Port (chantier du puits d’accès à la ligne 15 Sud). Pas d’aménagement temporaire pour protéger les cyclistes, mais pose de chicanes en béton pour les obliger à emprunter la route… à leurs risques et périls. En 2022, on en est quasiment au même point.

2019

neutralisation sur 250 mètres du reste de la piste cyclable de la rue Gustave Eiffel, afin de créer des places de stationnement automobile gratuites supplémentaires à proximité de l’entrée de l’hôpital Henri Mondor. Ajoutée à la suppression de 2017 due au chantier de la gare, cette neutralisation achève de rendre inutilisable la piste cyclable sur toute la longueur de la rue Gustave Eiffel.

De la piste cyclable bidirectionnelle de la rue Gustave Eiffel il ne reste plus que le panneau !

– Intersection rue du Général Leclerc–Avenue Brossolette (D19) : réfection de la place avec massif de fleurs et fontaines, interrompant sur 100 m la piste cyclable de la D19 qui longe normalement l’avenue Brossolette dans le sens Bonneuil-Paris. Les cyclistes doivent maintenant s’engager dans la rue du Général Leclerc sur 100 mètres, puis tourner à gauche et se faufiler ensuite entre des poteaux pour rejoindre la piste cyclable… sans signalisation au sol, dans une zone où le stationnement anarchique est très répandu. Fort dangereux…

– quartier des Bouvets : à l’occasion de la construction du nouveau quartier des Bouvets, création d’une zone 20 (chemin des Mèches, rue Jean Hemard) et de 100 mètres de piste cyclable sur trottoir (chemin des Mèches). La zone 20 n’est pas différenciée et elle fait l’objet d’un stationnement auto anarchique. Elle sert aussi de débouché au parking collectif de l’immeuble Derichebourg (ex pyramide Pernod). La piste cyclable serpente entre de nombreux obstacles et s’interrompt aux intersections, ces dernières étant souvent fréquentées par des véhicules utilitaires. Une réalisation qui n’a rien apporté aux cyclistes, mais elle a permis d’obtenir une subvention du CD94 et de verdir l’image de la ville !

Piste cyclable sur trottoir du chemin des Mèches, installée en 2019

– installation d’une chicane sur la voie piétonne reliant le mail des Mèches au Chemin des Mèches, sous l’A86. Depuis, le passage en vélo cargo est impossible. C’est dommage car c’est le seul franchissement protégé de l’A86 pour les cyclistes à Créteil.

2020

réparation du revêtement très endommagé de la piste cyclable longeant la D19 au niveau de la passerelle de Basse Quinte, après plusieurs signalements du danger par notre association.

réfection des aménagements cyclables de la rue Jean-Baptiste Oudry dont la piste cyclable, datant de plusieurs dizaines d’années, était très endommagée et dangereuse. L’aménagement refait sur trottoir est en partie une voie verte piétons-vélos, en partie une piste cyclable et s’interrompt en quelques endroits (intersections, entrées de parking).

création de 3 pistes cyclables temporaires en mai-juin 2020 , dont deux par le département (D86 et D19) et une par la Ville de Créteil et GPSEA (Grand Paris sud-Est Avenir) : avenue du Général de Gaulle et quai de la Croisette, longueur 3 km, coût 300 000 euros environ. Ces pistes sont appréciées des cyclistes, sauf la section du quai de la Croisette réalisée au détriment d’un cheminement piéton.

suppression de l’essentiel des pistes cyclables temporaires sur chaussée de la D86 et de la D19 sur le territoire de Créteil, à la demande du maire qui l’a demandé par lettre à l’automne 2020 au CD94. Suppression à l’initiative de la Ville et du GPSEA de la piste cyclable temporaire de l’avenue du Général de Gaulle (2 km), trois mois seulement après sa création et sans analyse sérieuse de sa fréquentation.

– requalification de la rue de la Prairie dans le quartier des Iles : création d’une zone 20 avec mise en sens unique et double sens cyclable sur 350 m. C’est une réalisation utile, même si l’on peut regretter le manque de continuité avec la piste cyclable de la rue du Port.

2021

– pose de panneaux de signalisation de la Tégéval dans le parc de l’Ile de Loisirs: quasiment illisible pour un cycliste, cette signalisation est surtout destinée aux piétons.

report à la demande de la direction des routes d’Ile de France (DIRIF) de l’aménagement du carrefour Pompadour (anneau piétons-vélos et passages protégés), qui avait pourtant obtenu un financement du plan Vélo. Ni la Ville ni le CD94 n’ont protesté. Pour l’instant le budget prévu par le CD94 a été redéployé sur d’autres postes.

requalification par le GPSEA de l’avenue du Général Gallieni dans la zone 30 du quartier des Buttes : le double sens cyclable qui ne concernait qu’une partie de l’avenue auparavant a été étendu sur 150 mètres jusqu’à la D19 avec une bonne signalisation au sol et des ralentisseurs.

2022

– création par le GPSEA d’une piste cyclable sur trottoir dans un sens de circulation sur la partie Ouest de la rue du Dr Paul Casalis, de la sortie du métro Créteil-Préfecture à la rue Juliette Savart, sur une section pentue de 350 m de long environ. La rue reste en double sens pour les voitures et les bus, ce qui laisse peu de place pour les piétons et vélos. Au droit de l’arrêt de bus, les piétons doivent emprunter la piste cyclable ou la chaussée. Sur plusieurs tronçons la piste cyclable est traversée par les véhicules prenant ou quittant le stationnement.

Piste cyclable sur trottoir de la rue du Dr Casalis (à gauche de l’abribus)

pose de barrières sur le cheminement de Bretagne (le long de l’hôpital Cheneviers), qui était jusque là une voie partagée piétons-vélos sur 450 m de longueur. Passer ces barrières avec un vélo simple est très difficile, et avec une carriole, un vélo cargo ou simplement des sacoches c’est impossible. Avec la disparition de l’accès à cette voie piétonne il n’existe plus aucun aménagement cyclable protégé reliant le centre ancien et le quartier Mairie-Préfecture-Lac de Créteil.

Le cheminement de Bretagne est inaccessible aux cyclistes depuis la pose des barrières en 2022

– pose par la Ville d’une double chicane à l’entrée de la rampe cyclable de la passerelle du Halage sur la Marne, obligeant les cyclistes à mettre pied à terre et à démarrer en côte dans le sens Créteil → Saint-Maur (dissuasif !). Les scooters continuent à passer alors que la chicane était censée les en empêcher. (NB : les piétons bénéficient d’une rampe séparée coté Nord et d’un escalier sur cette passerelle, mais c’est bien la rampe cyclable coté sud qui a été équipée de chicanes).

Double chicane installée en 2022 sur la rampe cyclable de la passerelle du Halage

Publication du Plan vélo du GPSEA sans engagement significatif sur les aménagements cyclables à Créteil, en particulier à propos de la D86. La Ville ne participe pas aux réunions de concertation organisées par la Région sur la mise en place du RERV (Réseau Express Régional Vélo) ligne GC dont le tracé emprunte la D86 de Choisy à Joinville.

Conclusion :

– en ce qui concerne les aménagements partagés avec la circulation motorisée on note une extension quantitative sur la période 2015-2022 : quartier des Bouvets, rue de la Prairie , avenue du Général Gallieni notamment. Sur le plan qualitatif ces extensions sont inégales , les nouvelles zones 20 étant parfois peu protégées ou mal signalées.

– en ce qui concerne les voies partagées avec les piétons – qui constituent une part importante du réseau cyclable de Créteil- les extensions significatives ont eu lieu surtout en début de période (2015) : passerelle de la Tégéval, voie verte de l’avenue de la Pompadour. On constate ensuite une régression de l’accès cyclable aux voies piétonnes existantes avec la pose de barrières et chicanes : cheminement de Bretagne, cheminement Palais-préfecture (quartier des Choux), passage sous l’A86 vers le quartier des Bouvets (mail des Mèches – chemin des Mèches), passerelle du Halage. Cette régression récente est d’autant plus importante qu’elle supprime plusieurs liaisons cyclables protégées entre des quartiers qui en bénéficiaient jusque là. On peut rappeler que dans le code de la route, les voies piétonnes restent accessibles aux cycles à condition qu’ils roulent au pas. On peut aussi regretter que les barrières et chicanes restreignent fortement l’accès à nombre de personnes à mobilité réduite.

– en ce qui concerne les pistes cyclables pérennes, on a enregistré une création importante et utile en début de période (prolongement de la piste de la D19 notamment ), mais les créations ultérieures (rue du Dr Casalis, chemin des Mèches) laissent à désirer sur le plan qualitatif. Ces créations ne compensent pas les suppressions (rue Gustave Eiffel, rue du Port, rue du général Leclerc, place Arnaud Beltrame), qui ont touché des axes de communication importants. On peut certes objecter que certaines de ces suppressions sont temporaires car dues au chantier du Grand Paris Express, mais elles durent déjà depuis 5 ans ou plus, et dans le meilleur des cas dureront encore plusieurs années.

Carte des pistes cyclables (site de la Ville de Créteil, octobre 2022) avec corrections et mises à jour par l’auteur en gris, en vert clair et en rouge (NB : il n’y a aucune zone 10 mais des zones 20)

Le bilan qui précède n’est pas exhaustif et peut contenir des imprécisions mais globalement le constat me semble clair ; les cyclistes sont moins protégés de la circulation motorisée dans les rues de Créteil en 2022 qu’en 2015. Ils sont de plus en plus contraints au “vivre ensemble” avec les voitures, et doivent même parfois leur céder le peu d’espace public qui leur est dévolu. Depuis la fable des pots écrite par Esope il y a 2500 ans, on sait pourtant que le pot de terre a tout à perdre à voyager avec le pot de fer! C’est particulièrement vrai à Créteil qui est une ville anxiogène pour les cyclistes avec ses artères larges où les voitures roulent vite. L’évolution cristolienne est à l’opposé de celle des communes voisines sur la même période – qui ne sont pas des modèles de villes cyclables pour autant – : à Bonneuil, construction de pistes cyclables et d’une voie verte avec le soutien de l’Etat, du CD94 et du Plan Vélo ; à St Maur, construction de plusieurs km de pistes cyclables et passage de l’ensemble des rues en zone 30; à Maisons-Alfort, bouclage par le CD94 de la piste cyclable de la D19 et suppression de places de stationnement auto devant la gare SNCF pour les piétons et vélos. Il n’est donc pas étonnant que Créteil figure parmi les villes mal classées du département dans le Baromètre des Villes Cyclables de la FUB (Fédération des Usagers des la Bicyclette).

Quelle évolution peut-on espérer ? La fin des chantiers de la ligne 15 sud devrait apporter une amélioration ces prochaines années. Créteil compte nombre de voies fort larges où il serait tout fait possible de protéger les cyclistes sans beaucoup ralentir la circulation automobile : c’est aussi un facteur d’espoir. Mais pour cela il faut une volonté politique qui a fait défaut ces dernières années de la part de la Ville : on ne peut qu’être préoccupé du manque de collaboration de la Ville dans les projets menés au niveau départemental (carrefour Pompadour) ou régional (RERV), lesquels bénéficieraient pourtant de financements publics importants du Fonds Vélo ou de la Région ile de France. On peut aussi s’inquiéter que le Plan Vélo du GPSEA, publié fin 2021 après trois longues années de gestation, contienne aussi peu d’engagements concrets sur Créteil. Les bénévoles qui reprennent le suivi des aménagements cyclables à PTR94 vont devoir se livrer à un fort travail de conviction pour les faire évoluer dans un sens favorable aux cyclistes à Créteil !

Publié dans Actualité | 1 commentaire

Charenton-le-Pont améliore la sécurité sur la voie verte le long de la Seine

C’était un « point noir » connu des cyclistes empruntant la voie verte vers et depuis Paris, le long de la Marne. Un aménagement mal fichu sur une piste cyclables séparant le flux vélo du flux automobile, plus précisément pour protéger les premiers de l’entrée du « Point P » et de ses camions, sous le pont aux câbles. L’entrée et la sortie de cette piste suscitaient des trajectoires baroques et dangereuses (d’un côté surtout, avec une chicane entraînant un cisaillement, un déport du flux cycliste de l’autre côté de la voie, propice aux collisions).

La ville de Charenton-le-Pont avait identifié ce point noir lors des consultations sur son plan vélo. Nous en avions salué l’approche méthodique et les outils performants.

Neuf mois après dévoilé son plan vélo, la ville démontre donc une écoute et une application remarquables, au bénéfice de nombreux cyclistes au-delà de ses administrés. Ces dernières semaines, on peut estimer en effet à 3 000 par jour ou 20 000 par semaine (chiffres du compteur Quai de Bercy, mis à disposition par Paris en Selle, détails ici) le nombre de cyclistes à passer par là sur la voie verte, une des portes d’entrée du Val-de-Marne.

Le résultat presque définitif est là en photo: deux entrées/sorties bien droites pour se réinsérer de manière simple et fluide dans la voie verte. Merci donc à Charenton-le-Pont.

L’entrée de la piste côté Paris….
… et côté Charenton.
Publié dans Actualité, Aménagements | 1 commentaire

A quand cette piste cyclable entre les deux fleuves?

On en parle depuis longtemps déjà, dans des réunions avec les élus ou leurs services techniques. Elle se fait attendre, alors que l’usage du vélo augmente continuellement. En 2022, elle n’est toujours pas là…

Il est aujourd’hui grand temps de faire une piste cyclable séparée sur la D148 (alias l’avenue de la République à Maisons-Alfort, alias la rue Émile Zola à Alfortville), un aménagement digne de ce nom entre le pont de Maisons-Alfort sur la Marne, et le pont du Port-à-l’Anglais sur la Seine. Nos comptages et le dernier baromètre des villes cyclables en attestent: c’est une demande forte des administrés alentours, pour le vélotaf comme pour les trajets utilitaires ou de loisirs.

Cet axe s’il devenait cyclable permettrait de relier transversalement les aménagements existants, tous orientés vers Paris

Aussi Partage Ta Rue 94, les antennes MDB de Maisons-Alfort-Alfortville et Ivry-Vitry-Choisy, ainsi que le Collectif Vélo Ile-de-France avons interpellé les élus de département, d’Alfortville et de Maisons-Alfort sur ce projet. Nous demandons des engagements, de la visibilité et de la concertation.

Nous publions notre courrier ci-dessous. Puissent nos élus entendre et enfin satisfaire ce besoin.

Mise à jour: réponse du Conseil départemental du Val-de-Marne

Le 8 juillet dernier, le président du Conseil départemental Olivier Capitanio a répondu aux associations concernées. Il assure que le département partage l’analyse quant au besoin d’aménagement et indique travailler avec la mairie de Maisons-Alfort sur la section entre les départementales 6 et 19, dans un premier temps. Pour le reste il est renvoyé à des études ultérieures.

Sans précision de calendrier, c’est ce qu’on appelle une réponse d’attente, non engageante, décevante. Les gens à vélo devront encore attendre pour circuler en pleine sécurité entre les deux fleuves du Val-de-Marne.

La réponse du conseil départemental en date du 8 juillet.
Publié dans Actualité, Aménagements | Tagué , | 1 commentaire

La Tégéval progresse … doucement !

Une voie verte agréable reliant Créteil à Santeny via 8 communes du Val de Marne, voilà ce que doit être à terme la Tégéval. Cet ouvrage bénéficie d’un financement coquet (60 millions d’euros!) apporté par la SNCF en compensation de l’utilisation de terrains du domaine public pour construire la ligne du TGV Sud-Est dans les années 1980 (c’est l’origine du nom » Tégéval » !). Par exemple la ligne TGV a coupé en deux le bois de la Grange sur les communes de Limeil Brévannes et de Villecresnes. La réalisation de la voie verte est confiée au syndicat mixte Tégéval qui dépend du département et de la région.

Le TGV roule depuis plus de 40 ans, mais la réalisation de la voie verte progresse lentement. Certes plusieurs tronçons ont été mis en service et une passerelle majestueuse a été jetée en 2015 sur la N406 entre Créteil et Valenton. Il subsiste encore des discontinuités importantes, par exemple dans la traversée de Limeil Brévannes. Une de ces discontinuités a été supprimée récemment à Valenton, et c’est un plaisir pour nous d’en diffuser l’info.

Le dernier tronçon de la Tégéval à Valenton le long de la D102 (avenue Julien Duranton)

Le dernier segment de 950 mètres réalisé début 2022 complète la voie verte qui longe l’avenue Julien Duranton. Il permet un cheminement protégé continu dans la traversée de Valenton. C’est une voie agréable, bien séparée du trafic motorisé. A essayer !

Tracé de la Tégéval. En rouge le tronçon de 950 m récemment réalisé à Valenton.

Cela dit il reste deux imperfections sur ce tronçon : 1° Dans la traversée de la voie d’accès à l’usine des eaux du SIAAP, le franchissement des trottoirs est incompatible avec le passage des personnes à mobilité réduite et des vélos. 2° à la traversée de la rue d’Ile de France les potelets métalliques ont été tordus, vraisemblablement parce qu’un camion les a écrasés en prenant le virage (honte à lui, ce sont les impôts de tous qui les avaient financés et le passage est maintenant dangereux pour les vélos et PMR!) .

Les services du département, que nous avons contactés, nous ont assuré 1° que le SIAAP s’était déjà engagé à réaliser un plateau traversant pour franchir la voie d’accès dans les prochaines semaines 2° qu’ils allaient prendre contact avec la Ville de Valenton pour la réparation des potelets métalliques car l’entretien est de sa responsabilité.

On peut donc espérer que le nouveau tronçon de Tégéval sera bientot en parfait état pour emprunter la voie verte de Créteil au parc de la Plage Bleue à Valenton. Même s’il n’est pas partout aux standards environnementaux de la Tégéval, l’itinéraire est protégé et continu jusqu’à Limeil si l’on emprunte la piste cyclable le long de la D110. Pour la traversée de Limeil et la jonction avec Villecresnes il faudra encore attendre….. la Tégéval prend son temps !!

Publié dans Actualité | 2 commentaires

Balade au canal St Martin le 26 mars

C’est par une petite fraicheur matinale et sous un beau ciel bleu que 9 cyclistes (5 participantes et 4 participants) se sont élancés vers le nord.

Pour nous mettre en jambes et nous réchauffer, nous avons gravi la côte des Barrières à Saint-Maurice avant de traverser le bois de Vincennes jusqu’à la Porte Dorée.

En empruntant les pistes cyclables passant par Daumesnil, la Bastille, le canal Saint-Martin, nous avons rejoint le bassin de la Villette pour longer le canal Saint-Denis.

Après le périphérique, nous avons admiré les nombreuses œuvres de Street Art avant de rejoindre le Stade de France. Après en avoir fait le tour, nous avons rejoint la basilique Saint-Denis.

La pause déjeuner s’est passée dans le jardin Pierre de Montreuil jouxtant la basilique.

C’est sous une chaleur presque estivale que le trajet retour s’est effectué, pratiquement identique à l’aller mais en longeant, depuis le quai de la Rapée, la Seine puis la Marne jusqu’à Créteil.

Prochaine balade le samedi 09 avril départ 09H30 avec pique-nique à destination des bois de Vaires et de Brou par la Marne et le canal de Lognes parcours plat 50 km.

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

240 façons de gêner les piétons en 2 heures à Créteil

Le stationnement gênant sur les trottoirs, zones 20 et pistes cyclables est largement répandu. Il fait partie des comportements qui banalisent les risques que les motorisés font encourir aux usagers vulnérables. Or les piétons et cyclistes représentent une grande part des victimes d’accident sur les routes du Val de Marne (43% sur la période 2013-2021, bien plus que la moyenne nationale) et ce sont généralement les véhicules motorisés qui en sont responsables. On s’attendrait donc à ce que les autorités montrent une certaine sévérité vis-à-vis du stationnement gênant, mais elles semblent faire preuve d’une tolérance excessive.

Serions nous trop critiques ? Pour éclairer le sujet, nous avons parcouru les rues de Créteil pendant un peu plus de 2 heures lors d’un après-midi du mois de mars, en prenant des photos de véhicules stationnant sur les trottoirs ou pistes cyclables le long d’un parcours d’une vingtaine de kilomètres. Les 85 photos prises entre 16h et 18h15 ont permis de dénombrer 240 exemples de stationnement gênant :

  • 65 voitures stationnant les 4 roues sur le trottoir
  • 98 voitures stationnant avec 2 roues sur le trottoir.
  • 35 voitures stationnant dans une zone 20 en-dehors des emplacements autorisés, ou sur un passage piéton
  • 29 motos stationnant sur trottoir ou en zone 20 hors emplacements autorisés
  • 13 véhicules motorisés stationnant sur piste cyclable

Le stationnement « 4 roues sur le trottoir » ou « au ras des façades » se rencontre dans beaucoup de rues de quartiers résidentiels : rue Monfray, rue Gustave Eiffel, rue Chéret, Avenue Jean-Baptiste Champeval, rue Victor Schoelcher… Dans certaines voies (rue de Mayenne, rue A. Thomereau, rue de Bonne) de longues sections de trottoirs sont obstruées de façon systématique.

Les zones 20 sont parfois envahies par des stationnements de moyenne ou longue durée (rue Charles Beuvin par exemple) . Dans la zone 20 du centre ancien, on assiste à une succession de stationnements de courte durée en-dehors des emplacements autorisés (rue du Général Leclerc, rue P.F. Avet, rue d’Estienne d’Orves). Lors du reportage, un automobiliste a même reproché au photographe de l’empêcher par sa présence de stationner ainsi!

Les scooters et motos se garent fréquemment sur les trottoirs ou les zones 20. On les trouve aussi souvent cadenassés aux potelets de stationnement vélo ou à des grilles de tous types.

Enfin, les stationnements sur piste cyclable sont assez peu nombreux (13 en 2 heures) mais rapportés à la longueur de piste cyclable parcourue, sont bien gênants pour les cyclistes. Ils présentent localement un caractère systématique (par exemple rue Gustave Eiffel).

Dans plusieurs cas le stationnement sur trottoir endommage des plates-bandes ou des zones végétalisées du domaine public (avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, rue Monfray, avenue de la République). Dans quelques cas les véhicules stationnés bloquent des sorties de secours ou des accès pompiers (avenue de la France Libre, Avenue du Général Billotte).

Quelques remarques ….

  • Beaucoup d’automobilistes cherchent à se garer le plus près possible des façades, quitte à mettre 4 roues sur le trottoir. Cette pratique est dangereuse pour les piétons qui sont obligés de marcher sur la chaussée.
  • Dans de très nombreux cas le stationnement gênant laisse moins de 80 cm pour passer ce qui bloque les personnes à mobilité réduite (PMR). Cela restreint fortement leur liberté de circuler (essayez de descendre de trottoir avec un fauteuil roulant !!).
  • Bien des stationnements gênants ont été observés à proximité de parkings publics (parking Brie-Joly, parking de l’hopital H. Mondor) qui n’étaient pas saturés lors de notre reportage. En utilisant ces parkings les automobilistes et motards auraient pu éviter de gêner piétons, PMR et cyclistes.
  • le stationnement des voitures sur les trottoirs gêne la visibilité des piétons, notamment quand ils souhaitent traverser les rues, les mettant ainsi en danger.
  • Le stationnement de motos et scooters sur les trottoirs restreint le passage, banalise la circulation d’engins fortement motorisés et bruyants au milieu des piétons et crée un risque de chute sur les piétons en cas d’incident ( jeux, maladresse, bousculade,…)
  • Le stationnement gênant des professionnels (engins, camionnettes,..) est fréquent. Quand on engage la conversation il est souvent revendiqué par le conducteur (« moi je travaille »…) comme si les piétons étaient des parasites.
  • Le déploiement d’une douzaine de gardes urbains par la Ville depuis 2019 semble sans effet sur le stationnement gênant.
  • le stationnement gênant encombre l’espace public de véhicules qui ne devraient pas s’y trouver, empêchant ainsi les usagers des mobilités douces, actives et non polluantes de s’épanouir dans leur environnement.  

… et une conclusion :

Les autorités font bien preuve de laxisme vis-à-vis du stationnement gênant à Créteil, et c’est inexcusable.

Publié dans Actualité | 6 commentaires

Balade Passerelles le 19 mars 2022 : 51 participants !

En partenariat avec Ville Hybride, une agence en innovation urbaine active en Ile de France, PTR94 a organisé une balade d’exploration urbaine qui avait pour thème les passerelles du Val de Marne. L’itinéraire avait bien intéressé les stagiaires de vélo école avec qui nous l’avions testé en mai 2021 . Il permet de découvrir une vingtaine d’ouvrages grands et petits qui permettent de franchir les cours d’eau, les voies rapides et les voies ferrées le long de la Marne et de la Seine notamment. C’est un parcours en boucle d’une trentaine de kilomètres très abordable car une grande partie se déroule sur des chemins de halage ou des pistes cyclables.

Grâce au réseau de Michael Silly , le patron de Ville Hybride, ce sont 51 cyclistes qui ont répondu à l’appel et s’élancent depuis Paris le samedi 19 mars. Parmi eux, trois encadrants de PTR 94 (Laurent sur son triporteur, Clément, Philippe) et deux anciennes stagiaires de vélo école qui osent pour la première fois rouler dans un peloton de cette importance. Bravo à elles !

Beaucoup de passerelles ont été construites à une période où les modes actifs – marche et vélo- étaient plus développés qu’aujourd’hui , mais elles reprennent du service aujourd’hui avec l’essor récent du vélo. Premier arrêt : l’énorme passerelle des cables sur la Seine entre Ivry et Charenton, avec ses tags et ses rampes.

La passerelle des cables entre Ivry et Charenton

En remontant à partir du confluent défilent les passerelles sur la Marne : la passerelle d’Alfortville dont l’état est dégradé mais que les élus locaux semblent heureusement prêts à réhabiliter; l’esthétique passerelle de l’Ecluse de Maisons Alfort qu’on ne peut pas emprunter à vélo à cause des marches; la passerelle de Charentonneau bien pratique; les passerelles du Halage et de la Pie entre St Maur et Créteil. Le long de la Marne on emprunte des chemins de halage que les cyclistes doivent partager avec les piétons – toujours prioritaires – et les employés de VNF. On longe aussi l’autoroute A4 en jetant un coup d’oeil aux passerelles piétonnes construites dans les années 1970, peu mises en valeur aujourd’hui. C’est dans ces parages que le vélo de Michael tombe en panne : pédale cassée ! Qu’à cela ne tienne, nous sommes près des quartiers de PTR94 et on lui prête un vélo de rechange en 5 minutes. Un peu plus loin à Créteil, le quartier des îles et ses petits ponts sur les bras de la Marne en surprennent plus d’un!

A Créteil, on quitte le quartier des iles par la rue du Moulin Berson,

Après un coup d’oeil au loin vers le port de Bonneuil depuis la passerelle de la Pie, un raide coteau nous fait quitter la vallée de la Marne pour le quartier du Montmesly, où l’urbanisation de Créteil a commencé dans les années 1960 quand il fallait accueillir de nombreux rapatriés d’Algérie. Descente aussi raide vers le Créteil moderne en traversant la passerelle Mataro, peu connue même des cristoliens. On longe le lac de Créteil près duquel on admire l’imposante passerelle de la Tégéval qui enjambe la voie rapide N406. Il faudrait aussi construire des passerelles comme celle-là sur la Seine qui en manque fort….

Le long du lac de Créteil, des prairies parsemées de pâquerettes

La transition avec le carrefour Pompadour, incontournable point de passage vers l’ouest, est brutale et en effraye plus d’un : le giratoire n’est qu’un gigantesque embouteillage, comment passer ? En mettant pied à terre aux passages piétons on se faufile discrètement entre les voitures immobilisées et deux minutes après, nous avons déjà tous franchi ce carrefour mythique avec une facilité déconcertante. Un peu plus loin, depuis la passerelle de Val Pompadour, on domine le gigantesque réseau de voies ferrées et la gare de triage de Villeneuve St Georges. Pas étonnant que les prochains points de passage ouverts aux cyclistes soient à plusieurs kilomètres de part et d’autre.

Au pont de Choisy le Roi, une piste cyclable confortable permet de traverser la Seine et c’est par la rive gauche que nous revenons vers Paris. On s’interrompt pour commenter la passerelle du gaz entre Alfortville et Vitry, qui est désaffectée et que les collectivités n’ont pas prévu de réhabiliter … ni de démolir. En empruntant l’EV3 le long du fleuve, les arrêts sont moins nombreux : il n’y a guère de passerelles sur la Seine, et la fatigue se fait sentir chez certains. Au pont du Port à l’Anlgais ceux de Nogent et de Créteil bifurquent pour rentrer directement chez eux, on s’échange adresses et documentation.

Un voeu pour conclure : que les collectivités et organismes (Etat, région, département, Territoires, Villes, VNF, SNCF, IDFM, Haropa) travaillent ensemble à entretenir et enrichir ce patrimoine nécessaire aux cyclistes !

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

Balade au port aux cerises

Nous étions 8 par un temps maussade le 12 mars, mais sans pluie de toute la balade; nous avons longé la Seine en rive gauche  pour faire un tour dans le parc du Port aux cerises à Draveil, la Fosse Montalbot à Vigneux lac-montalbot puis l’étang des Mousseaux et l’étang Laveyssière , enfin pris une photo devant la Pierre à Mousseau, un menhir d’intérêt archéologique sur le chemin du retour.

Nous sommes passés ensuite rive droite par la passerelle d’Ablon qui n’est  pas vraiment pratique pour monter et y descendre avec les sacoches (gouttières étroites et mal positionnées) et retour à Créteil par le pont du Port à l’Anglais.

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

Une réponse du CD94 suite aux inquiétudes des cyclistes

Le 1er février nous avions adressé un message au CD94 pour relayer les inquiétudes de nos adhérents cyclistes , nombreux à nous alerter sur la dégradation des conditions de circulation à vélo. Voici la réponse obtenue :

==================================================================

Nous vous remercions pour ce message sur les conditions de circulation pour les cyclistes sur plusieurs voies départementales. Voici les réponses que nous sommes en mesure de vous apporter :

·         Concernant la RD7 au Kremlin Bicêtre, le défaut a bien été identifié. S’agissant d’un ouvrage municipal (chambre de vidéo surveillance) une mise en sécurité a été faite et la ville alertée. Une relance auprès de la ville sera faite d’ici la fin de semaine.

·         Concernant la RD161 entre l’hôpital Paul Brousse et l’angle de la rue Jean Jaurès à Villejuif : Des réparations ponctuelles ont été réalisées régulièrement ces dernières années. Il est prévu le remplacement de la canalisation de distribution d’eau potable du SEDIF programmé à partir de février 2023 pour une durée de 8 mois sur la section Jaurès / Verdun. A l’issue de cette intervention, nous porterons au budget 2023 des propositions de conservation sur ce tronçon.  

·         Toujours concernant la RD161, un état des lieux exhaustif portant sur la section Verdun / 4 chemins est déjà prévu dans le cadre de la surveillance de notre patrimoine ce mois-ci. A l’issue du diagnostic établi, nous effectuerons des réparations ciblées.

·         Concernant la RD148 : le pont du Port à l’Anglais est en zone 30, avec une signalisation horizontale dédiée au vélo (pictogrammes et chevrons ) indiquant un usage vélo dans la circulation générale. La configuration actuelle avec une emprise étroite du pont ne permet pas aujourd’hui de mieux faire. Aujourd’hui les 3 voies de circulation générale sont obligatoires pour la traversée de la Seine en cet endroit à fort trafic (17000 veh/j).

La RD148 est une voie effectivement étroite. Une première section est à l’étude sur Maisons-Alfort, entre la RD19 et la RD6. Le projet devrait pouvoir être présenté aux associations d’usagers avant l’été

·         Concernant la RD19 dans Créteil : l’aménagement cyclable est effectivement dégradé. Un projet est à l’étude sur une première section (avenue Brossolette), mais il n’a pas été encore finalisé avec la Ville.

·         Concernant l’aménagement du carrefour Pompadour :  Le Département porte toujours l’aménagement du carrefour Pompadour et poursuit ses échanges avec l’Etat (propriétaire du carrefour) pour réaliser l’aménagement. Dans ce cadre, la voie verte sera réaménagée. A noter cependant que nous rencontrons toujours des difficultés avec l’Etat dans l’aboutissement de ce projet, et donc sa mise en œuvre définitive.

·         Concernant la RD215 entre la limite de Créteil et le pont de Maisons Alfort son réaménagement est actuellement à l’étude, tant pour améliorer la circulation des piétons que pour réaménager le bord de Marne. Ce projet sera présenté dès que possibles aux associations de cyclistes.

·         Concernant la traversée de Boissy St Léger et la RN19 av du Général Leclerc : aujourd’hui, cette voie relève de la responsabilité de l’Etat, qui a toute la latitude pour y faire ce qu’il souhaite, y compris des aménagements cyclables provisoires.

En espérant avoir répondu à vos interrogations,

Bien cordialement,

cid:image002.gif@01D076A2.F5FA1050

Conseil départemental du Val-de-Marne
Hôtel du Département
94054 Créteil cedex

======================================================================

Conclusion :

Il est heureux que le CD94 s’engage à étudier plusieurs des points soulignés, en particulier à Maisons Alfort (D215 et D148) et à Villejuif (RD161). Pour ce qui est du pont du Port à l’Anglais, notre proposition de passerelle pour améliorer à la fois la sécurité des cyclistes et le transit des motorisés https://partagetarue94.wordpress.com/2020/11/07/pont-du-port-a-langlais-frequente-par-les-velos-mais-dangereux/ sur le pont existant reste lettre morte.

Il semble que la Ville de Créteil est responsable du retard dans le réaménagement de la D19 dans le secteur Brossolette . Il semble aussi que l’Etat est le principal responsable du report du projet d’anneau piétons-vélos du carrefour Pompadour et de l’absence d’aménagement cyclable de la traversée de Boissy St Léger sur la RN19 soulagée du transit. On peut regretter l’absence de réponse sur la D86 ( alors que des subventions de la Région seraient disponibles au titre du RER-V) mais il est vrai que l’opposition résolue des maires de Créteil et de St Maur à cette demande des cyclistes dissuade actuellement toute étude sérieuse par le CD94. L’émiettement des compétences encourage décidément l’inaction.

====================================================================

Le courrier que nous avions adressé début février était le suivant :

Bonjour,

Notre association enregistre de très nombreuses doléances au sujet des pistes cyclables dont la responsabilité incombe au département :
Mme Claire P (Villejuif):
« De nombreuses rues ou pistes sont en mauvais état, ce qui rend la circulation dangereuse.
Sur la D7 au Kremlin Bicêtre dans le sens banlieue/Paris, piste avec un trou autour d’une plaque d’égout en plein milieu et une limite piste/ trottoir avec une marche qui provoque les chutes quand on veut se remettre sur la piste qu’on ne peut pas prendre en travers (au droit du 123 ave de Fontainebleau). Signalé à la mairie, aucune réparation faite depuis octobre où j’ai chuté …. , .
Autre avenue préoccupante: la D161 entre l’hôpital Paul Brousse et l’angle de la rue Jean Jaurès à Villejuif. Des bosses obligent à circuler au milieu de la rue. Sur cette même rue dans l’autre sens, la descente depuis Villejuif jusqu’au carrefour des 4 chemins à Arcueil est très encombrée et pleine de trous et de bosses. Dangereuse en descente (trous) comme en montée (voie étroite).
Donc dès qu’on circule régulièrement et qu’on quitte les petites rues à circulation limitée ou les pistes plus sécurisées sur les grandes avenues, il faut être très prudent et souvent on prend des risques. »


Utilisateurs rencontrés à Créteil sur la D19 : « la piste cyclable de la D19 est dangereuse dans sa traversée de Créteil : itinéraires sinueux, circulation de voitures sur la piste utilisée comme accès au stationnement, très nombreux piétons sur la piste cyclable « 

Sur la D86 à Créteil ainsi que sur la D148 au pont du Port à l’Anglais, les cyclistes sont très nombreux à emprunter les trottoirs. Quand on leur demande pourquoi ils disent qu’ils ne sont pas en sécurité sur la chaussée où les véhicules motorisés les serrent de trop près. A Créteil ils déplorent l’ajournement de l’aménagement du carrefour Pompadour. La voie verte longeant la D86 entre la rue du Pasteur Valery Radot et le giratoire Pompadour est un vrai dépotoir avec de nombreux obstacles en travers.


A Maisons Alfort les cyclistes trouvent très dangereuse la circulation sur la D148 (avenue de la République) et se font souvent frôler de près par les camions et les bus sur la bande cyclable de la D215 entre la limite de Créteil et le pont de Maisons Alfort.

Dans la traversée de Boissy St Léger l’ancienne D19 est une 2×2 voies toujours dangereuse pour les cyclistes alors qu’il y aurait la place pour y tracer une piste cyclable provisoire à moindre coût.

Notre association attire une fois de plus l’attention du CD94 sur les dangers que courent les cyclistes et demande quel est le plan d’action du CD94 pour réaliser rapidement l’entretien et l’extension des aménagements cyclables qui peuvent protéger leurs déplacements.

================================================

Modifications apportées le 15 mars au paragraphe « Conclusions » : Il semble que la Ville de Créteil est responsable du retard dans le réaménagement de la D19… Il semble aussi que l’Etat est le principal responsable du report du projet d’anneau piétons-vélos du carrefour Pompadour….

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

Balade à la ferme bio du plateau briard

Nous étions 14 personnes pour cette première balade de l’année  sous un  doux soleil  de  début Mars

A Boissy nous avons pris la D19 sans trop de voitures. Maintenant que  le contournement est opérationnel pour les voitures , les riverains doivent mieux respirer. .. Puis, à la hauteur du château de Grosbois pris le Chemin des Roses pour aller à la ferme bio du plateau Briard.

Nous avons rempli les sacoches de produits bio :  poulets , oeufs , fromage , cidre , bière , légumes

Nous sommes rentrés par le bois de Notre -Dame , petit crochet  par les étangs de Servon , où  une mouette rieuse se prélassait.

Prochaine balade  : Draveil port aux cerises 40 km environ, départ 13H30…

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

Baromètre des Villes cyclables : amélioration urgente sur la D19 et la D86 à Créteil !

Le baromètres de Villes cyclables, enquête de la FUB auprès des usagers cyclistes, a enregistré 231 réponses de cyclistes à Créteil. 65 % de ces réponses émanent d’usagers habitant la ville, les 35% restant se partageant surtout entre les communes proches du Val de Marne et Paris. Les usagers ressentent une régression et classent la ville comme « défavorable » pour ce qui est des conditions de circulation à vélo (voir https://partagetarue94.wordpress.com/2022/02/10/barometre-des-villes-cyclables-2021-des-progres-necessaires-dans-beaucoup-de-villes-du-94/ )

Deux questions locales figuraient dans le questionnaire et les usagers devaient les noter de 1 à 6 :

  • Trouvez vous que l’amélioration de la piste cyclable de la D19 (élargissement, aplanissement, enlèvement des panneaux Stop, fin de l’utilisation comme contre-allée pour le stationnement automobile, protection aux intersections) est inutile (note 1) …. indispensable (note 6)
  • Jugez-vous utile de créer un nouvel aménagement cyclable sur la D86, reliant Choisy-le-Roi, Créteil, Saint-Maur-des-Fossés et Joinville-le-Pont? Pas du tout utile (note 1) …. très utile (note 6)

Ces deux questions étaient destinées à évaluer le besoin des usagers vis-à-vis des deux projets d’axes prioritaires du Réseau Express Régional Vélo (RER-V) qui concernent Créteil :

  • la ligne E1 (Paris-Chatelet – Tournan en Brie) qui emprunte la D19 à Créteil (avenue du Mal de Lattre de Tassigny, avenue de Paris, avenue P. Brossolette, avenue du Gal Leclercq)
  • la ligne GC (Grande Ceinture), qui doit longer la D86 (à Créteil : avenue de Choisy, rue des Mèches, avenue de Verdun).

Les résultats concernant la première question sont sans équivoque : plus de 75% des usagers considèrent INDISPENSABLE l’amélioration de la piste cyclable de la D19, et la note moyenne atteint la valeur exceptionnellement élevée de 5,58 . Une quasi unanimité ! Les bénévoles qui ont abordé les cyclistes n’en sont pas étonnés : de nombreux usagers ont dit spontanément que le tronçon cristolien de cette piste était le plus dangereux de leur parcours.

La deuxième question livre un résultat également très clair : 62% des cyclistes pensent que l’aménagement cyclable de la D86 à Créteil est nécessaire, la note moyenne étant de 5,22.

La carte des sites à améliorer en priorité , remplie par les usagers dans le cadre du baromètre, montre une très forte densité de points tout au long de la D86 dans sa traversée de Créteil. Il y a une vraie attente de protection de la part des cyclistes sur cet axe.

Le long de la D19, les usagers sont en droit d’attendre des collectivités concernées qu’elles élargissent et aplanissent la piste actuelle, qu’elles enlèvent les panneaux Stop spécifiques à la piste cyclable, qu’elles mettent fin à l’utilisation de la piste comme contre-allée pour le stationnement automobile, et qu’elles protègent mieux la piste aux intersections.

Le long de la D86, le Baromètre confirme l’attente bien connue des cyclistes (https://partagetarue94.wordpress.com/2021/09/07/la-d86-deja-beaucoup-de-velos-on-attend-toujours-une-vraie-piste-cyclable/ ) . Il faut lancer sans tarder les études sur l’insertion d’une piste cyclable pérenne au standard du RER V.

Avec le soutien apporté par la région au RER-V, le financement des études et des travaux est en grande partie assuré. Les collectivités (département, GPSEA, Ville) n’ont aucune raison de les reporter à un futur lointain.

Publié dans Actualité | 4 commentaires

Baromètre des Villes Cyclables 2021- des progrès nécessaires dans beaucoup de villes du 94

Le département du Val de Marne a enregistré une très forte progression du nombre de réponses : 5600, soit deux fois plus qu’en 2019 (voir https://partagetarue94.wordpress.com/2021/12/10/barometre-des-villes-cyclables-2021-participation-record-dans-le-val-de-marne/ ). Comment ces cyclistes jugent-ils leurs conditions de circulation ?

Les réponses ont pu être analysés pour les communes ayant fourni 50 réponses ou plus, c’est à dire 45 villes sur les 47 du département – seules Ablon et Orly ont pu être analysées faute d’avoir atteint ce seuil- . Notre association n’est pas la seule à pouvoir en parler et nous incitons vivement les cyclistes à consulter d’autres associations du Collectif Vélo Ile de France qui connaissent bien les situations locales:

Moyennes obtenues par les 45 communes analysées. Chaque note est la moyenne d’une trentaine de réponses portant sur différents aspects ( sécurité, efforts de la commune, services, stationnement, confort).
source : dossier de presse du Collectif Vélo Ile de France

Premier constat : seule une ville, Bonneuil, est classée “plutôt favorable”. La grande majorité des villes du 94 se classent dans la catégorie “Plutôt défavorable”, “défavorable” ou “très défavorable”. En cela, le 94 ne se distingue pas fondamentalement des autres départements de la banlieue proche (92, 93) où les cyclistes doivent aussi circuler dans un environnement conçu pour les véhicules motorisés avec de nombreuses coupures urbaines (voies d’eau, voies ferrées, autoroutes). La moyenne du 94 (2,74) est notablement inférieure à celle de Paris (3,33), ou d’autres métropoles comme Lyon (3,51), Strasbourg (4,18) ou Nantes (3,64) mais supérieure à celle de Marseille (2,08).

Les notes moyennes varient fortement d’une commune à l’autre. A l’opposé du cas de Bonneuil évoqué plus haut, des villes comme Villeneuve St Georges, Kremlin-Bicêtre ou Chennevières ont des notes moins élevées. Une autre information que livre l’enquête est la progression ressentie par les cyclistes entre 2021 et 2019. Le classement selon ce critère n’est pas très différent de celui livré par la note moyenne puisqu’on trouve en gros les mêmes villes en haut du tableau (Bonneuil, Vincennes, Charenton, Marolles,… ) et les mêmes villes en bas de tableau (Villiers sur Marne, Villeneuve St Georges, Kremlin-Bicêtre, Chennevières, …).

Progression ressentie par les usagers cyclistes de leurs conditions de circulation entre 2019 et 2021

La cartographie des sites à améliorer en priorité est une autre information essentielle issue du baromètre. Par exemple les axes Est-ouest comme la D148 ou la D86 apparaissent nettement, en particulier leurs tronçons non aménagés pour les cyclistes.


Sites à améliorer en priorité d’après les réponses au Baromètre 2021

Qu’est-ce qui explique les différences entre villes ? Penchons nous sur quelques villes dont nous connaissons un peu les conditions de circulation locales.

Dans le cas de Bonneuil, la ville bénéficie depuis plusieurs années de deux grands axes équipés par le CD94 de pistes cyclables protégées : la D19 d’une part, l’axe D1-D10-D130 d’autre part. La ville a aussi instauré une zone 20 dans le centre ancien qui contribue à pacifier la circulation. Ces dernières années, deux axes supplémentaires ont été aménagés : une voie verte le long de la D101 reliant Bonneuil à Limeil Brévannes et une piste cyclable bidirectionnelle sur l’axe formé par l’avenue de Verdun et la rue d’Oradour. Malgré des coupures urbaines pénalisantes – voie rapide D406, voies ferrées, Marne, port de Bonneuil – ces aménagements expliquent que la ville soit bien notée par les cyclistes.


Piste cyclable récente à Bonneuil sur Marne (av. d’Oradour)

Parmi les villes classées “moyennement favorables” la présence de Charenton peut s’expliquer par la préparation et l’adoption d’un plan vélo complet en 2021, par l’amélioration de la piste cyclable de la D6, et par l’ouverture d’une nouvelle piste cyclable sur le pont Mandela reliant la ville à Ivry. Dans le cas de Joinville le Pont, on peut citer l’existence d’un réseau significatif de pistes cyclables (liaisons avec Paris par les bords de Marne, D148 vers Maisons Alfort, D86 vers Paris), l’ouverture d’une nouvelle piste cyclable avenue de Paris, et l’organisation d’une bourse aux vélos avec le soutien de la ville.

Parmi les villes classées “plutôt défavorables”, Maisons Alfort a des facteurs positifs (pistes cyclables continues le long de la D6 et de la D19, aménagement pacifié de la place de la gare avec un stationnement vélo amélioré), mais aussi des facteurs moins favorables expliquant la notation des 240 répondants (peu de protection sur la D148 et sur les bords de Marne, traversée vers Alfortville par la D19, peu de zones 30). Saint Maur , la ville où plus de 400 cyclistes ont répondu, a le même classement, sa situation comprenant à la fois des aspects positifs (passage de la ville entière en zone 30, ouverture de nouvelles pistes cyclables notamment le long de la Marne) et des aspects moins positifs comme l’opposition de la Ville à l’aménagement cyclable de la D86. A Ivry sur Seine, certains facteurs ont dû jouer favorablement (ouverture de nouvelles pistes cyclables cours de l’industrie et pont Mandela par exemple) mais d’autres facteurs ont joué en sens inverse (manque de continuité cyclable cours de l’Industrie, difficulté de franchir les voies ferrées et le coteau de façon protégée, liaisons Ivry-Paris parfois chaotiques). Dans le cas de Nogent sur Marne, (près de 300 réponses) le démarrage du chantier de la passerelle piétons-vélos le long du pont de Nogent et la perspective de pérennisation des coronapistes avenue de Joinville a dû jouer positivement, même si plusieurs grands axes manquent d’aménagements sûrs. Valenton recueille une note supérieure aux communes voisines, sans doute grâce à l’existence de pistes cyclables sur plusieurs grands axes et d’une voie verte (Tégéval), et malgré la persistance de sections dangereuses non protégées sur la D102-. Le classement d’Alfortville, qui a ouvert des bandes cyclables temporaires sur plusieurs voies en 2020, est sans doute pénalisé par le manque de franchissement protégé de la Seine et par l’état moyen de la passerelle d’Alfortville à Charenton sur la Marne.


St Maur, piste cyclable de la rue Politzer à proximité du Lycée Marcelin Berthelot

La liste des villes classées “défavorables” commence par Sucy en Brie : la création d’une piste cyclable rue Montaleau et l’existence de zones 20 n’y compensent pas le manque d’aménagements cyclables continus sur la D111 et la D124. Limeil Brévannes a bénéficié de l’ouverture de la voie verte de la D102 vers Bonneuil, mais le manque de continuité cyclable dans la ville – un exemple étant le tracé discontinu de la voie verte Tégéval- a dû jouer en sens contraire. La ville de Boissy St Léger se trouve aussi dans cette catégorie, sans doute parce que le grand chantier autoroutier de la déviation de la D19 a pénalisé les cyclistes, sans qu’un budget soit prévu pour aménager une piste cyclable sur l’ancienne 2×2 voies où le trafic motorisé a fortement diminué. A Créteil , les 230 répondants ont été moins sensibles aux initiatives de la ville (apprentissage du vélo aux scolaires, rénovation d’un itinéraire cyclable) qu’à l’absence de rénovation de la piste de la D19 et au manque d’aménagement le long de la D86. Ils ont sans doute aussi tenu compte du report de l’aménagement piétons-vélos du carrefour Pompadour, du démantèlement des coronapistes et de l’absence de publication du plan vélo annoncé depuis bientôt 3 ans. Choisy le Roi aurait pu enregistrer un score plus élevé maintenant que la passerelle piétons-vélos sur la Seine est ouverte, mais la dangerosité des bandes cyclables tracées récemment le long du T9 et le manque de continuité cyclable sur la D86 ont dû influencer les usagers en sens opposé. Dans le cas de Champigny, les perturbations liées aux chantiers du GPE , très pénalisantes pour les cyclistes, expliquent en partie le classement de la ville car la construction en cours de la passerelle piétons-vélos le long du pont de Nogent n’a pas encore produit d’effets positifs. Le classement “défavorable” de la ville de Vitry sur Seine peut surprendre puisque la D5 y a été récemment équipée d’une piste cyclable à l’occasion du chantier du tramway T9. Mais le manque de protection des déplacements dans le sens Est-Ouest (D148) et l’état moyen de la piste de l’EV3 en bord de Seine – qui est de plus chahutée par les inondations, le projet de port Haropa et le projet de bus en site propre TZen5 – ont dû jouer en sens opposé.

La piste de l’EV3 sur le quai bas à Vitry sur Seine, fermé de longs mois en hiver
et au printemps car inondé 2-3 semaines par saison

Dans les villes classées “très défavorables” par les usagers, la présence du Kremlin Bicêtre s’explique en partie par l’arbitrage de la Ville défavorable à la coronapiste de la D7 qui , aux portes de Paris, était la plus fréquentée du département. Deux communes, Ormesson sur Marne et Chennevières sur Marne, sont voisines dans le bas du classement comme dans la géographie. Cela peut résulter de l’insuffisance des aménagements cyclables dans un contexte très routier (D111 dans Ormesson, D233 dans Ormesson vers Sucy, D4 dans Chennevières, pont de Chennevières, montée vers le coteau par la D123 dans Chennevières). Enfin, la note de Villeneuve St Georges tient en partie à la géographie physique (coteau, Seine, Yerres) et aux autres coupures urbaines (voies ferrées, D6), mais les usagers ont dû aussi tenir compte de la discontinuité des aménagements cyclables dans les passages clés (franchissement du coteau, passage au-dessus de la gare de triage, débouché du pont de Villeneuve St Georges, piste de la D6 non connectée au réseau viaire) et de l’état moyen de certains d’entre eux (par exemple en rive droite de Seine).

Ce tour d’horizon s’est concentré sur des communes que notre association connaît par ses balades, ses adhérents, ses tractages, ses reportages, ses ateliers, ses emplettes. Il est loin d’être exhaustif, et nous invitons à consulter les associations citées plus haut pour des explications complémentaires. Le plan de circulation départemental 2009-2020 prévoyait de faire passer la part modale des déplacements à vélo à 9%. Ce seuil n’est pas impossible à atteindre dans le futur : Certaines villes évoquées plus haut – Strasbourg, Grenoble, Lyon, Paris – y sont déjà ou s’en approchent alors que leur densité urbaine n’est pas si différente. Mais ces villes ont davantage adapté leur voirie au vélo que notre banlieue où la discontinuité des aménagements cyclables décourage encore beaucoup la pratique quotidienne. Espérons que les multiples acteurs concernés – Etat, région, CD94, EPT, Villes, GPE, SNCF, IDFM, VNF, Haropa… – agiront ensemble dans ce sens car la demande est là ….

Publié dans Actualité | 2 commentaires

Mortalité routière : en progrès … mais pas pour les usagers vulnérables !

L’observatoire national de la sécurité routière (ONISR) vient de publier les chiffres 2021 de la sécurité routière. Comment évolue la sécurité routière pour les différentes catégories d’usagers ?

Sur une période longue (2015-2021) on constate une diminution nette du nombre de tués parmi les automobilistes ainsi que parmi les 2 roues motorisés, tandis que les usagers vulnérables (piétons-cyclistes-EDPM) paient un tribut relativement constant en nombre absolu.

En pourcentage, on note une baisse continue du pourcentage d’automobilistes tués, une stagnation du pourcentage de deux roues motorisés tués … et une hausse presque constante du pourcentage d’usagers vulnérables décédés qui passent de 19% en 2015 à 24% en 2021.

Le constat est clair : les mesures d’amélioration de la sécurité routière n’ont profité qu’aux motorisés, les usagers vulnérables continuent à en payer le prix.

NB : A partir des données de l’ONISR nous avons obtenu les statistiques pour les usagers vulnérables en additionnant piétons, vélos et EDPM (Engins de Déplacement Personnel Motorisé) cette dernière catégorie étant distinguée depuis 2 ans seulement mais marginale auparavant. Les deux roues motorisés s’obtiennent en additionnant les motos et les cyclomotoristes. Les PL (poids lourds ) sont ajoutés aux véhicules de tourisme pour obtenir la dernière catégorie indiquée dans les graphiques ci-dessus.

Publié dans Actualité | 2 commentaires

Magie de l’atelier vélo : la plaquette retrouvée

19 janvier, Créteil Université : nous avons la visite de A. , un jeune collégien que nous avons déjà vu à l’atelier vélo. Il est l’heureux possesseur d’un VTT qu’il utilise intensivement. Les pneus sont bien usés, le dérailleur a pris des chocs, … et surtout, son frein arrière ne fonctionne plus depuis qu’il a prêté le vélo à un de ses amis qui a démonté la roue arrière… il y a 3 mois. Coup d’oeil des mécanos : il manque l’une des plaquettes à ce frein à disque, sans doute tombée lors du démontage et restée inaperçue car elle ne mesure que 2 cm. Quand on annonce à A. qu’il va devoir acheter une paire de nouvelles plaquettes pour 10 ou 15 euros, sa mine s’allonge.

A tout hasard on lui demande s’il sait où le démontage a eu lieu. C’était dans l’herbe d’un jardin public, il s’en souvient bien. Embryon d’espoir : peut-être la plaquette perdue s’y trouve-t-elle encore ? Sans trop y croire A. se laisse convaincre d’y aller pendant qu’on s’occupe de son dérailleur. Un quart d’heure après il revient hilare … avec la plaquette , juste un peu rouillée d’avoir patienté quelques mois dehors! On l’introduit dans son logement et on remonte la roue : impeccable ! Notre gamin repart avec son vélo réparé pour pas un rond, avec mission de faire la pub pour l’atelier autour de lui ….

Prochain atelier : mercredi 2 février de 15h à 18h https://partagetarue94.wordpress.com/atelier-velo/. On ne garantit pas que la magie sera toujours au rendez-vous ….

Publié dans Atelier, Evènements | 1 commentaire

Une initiation à la mécanique vélo pour les étudiants de l’UPEC

Grâce aux expériences accumulées de chacun sur l’atelier-vélo sous la passerelle de l’université,

Grâce au développement des relations entre Partage Ta Rue 94 (PTR94) et l’Université Paris-Est Créteil (UPEC),

Et grâce à deux membres volontaires dont un mécano-vélo professionnel et un étudiant à la retraite,

L’association a proposé, à de vrais étudiants de l’UPEC, entre octobre et décembre 2021, une unité d’enseignement d’ouverture intitulée « La mécanique vélo dans un atelier associatif ».

Cette dernière s’est intégrée à leur cursus universitaire de Licence. Elle a eu lieu dans la Maison de l’Innovation et de l’Entreprenariat Étudiant (MIEE), où nous avons été très bien accueillis, et cela une fois par semaine pendant cette période. Quatre étudiants ont participé à cet enseignement, mêlant de modestes approches historiques, mécaniques, techniques et pratiques.

Ces approches avaient pour but de mettre à l’aise les étudiants avec le diagnostic, les réparations et les réglages de base sur un vélo :

  • effectuer un diagnostic complet d’un vélo d’occasion ;
  • vérifier et réparer les pneumatiques et chambres à air ;
  • vérifier, réparer, et régler le système des freins de type V-Brake avant et arrière ;
  • vérifier, régler, et réparer le système de transmission des vitesses au niveau du dérailleur arrière ;
  • aborder la technique du dévoilage d’une roue.

Nous avons pu partager de nombreux conseils et astuces autour de la mécanique vélo, et plus généralement, autour des usages du vélo. Ainsi, nous nous sommes rendus compte que les étudiants présents ne connaissaient que très peu de lieux où ils pouvaient parler de leur expérience d’usager de la bicyclette, et encore moins où ils pouvaient réparer eux-mêmes leur vélo ou demander conseils, sans passer quelques fois par la solitude face à un forum ou à une vidéo sur le web. Ce fut donc l’occasion pour nous de rapporter nos expériences de l’atelier mobile du mercredi, que nous avons commencé au grand déconfinement de 2020, et de rappeler que ce sont des activités nécessaires au développement du vélo au quotidien pour tous.

Les retours des étudiants étaient bons, même s’ils auraient préféré une approche encore plus centrée sur la pratique, et centrée notamment sur les réglages et les réparations qui concernent d’autres parties du vélo. Nous retenons dès maintenant ces critiques pour un prochain déploiement de cet enseignement. L’UPEC nous a d’ailleurs proposé de le renouveler l’année prochaine. Affaire à suivre, donc.

Publié dans Actualité | Tagué , | 2 commentaires

Baromètre des Villes Cyclables 2021 : participation record dans le Val de Marne

Circulez-vous facilement à vélo dans votre commune ? C’était le thème du Baromètre des Villes Cyclables 2021, la grande enquête organisée par la FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette). Relayée par les 200 associations membres de la FUB dans le pays, cette enquête s’est terminée le 30 novembre dernier. Sur le plan national elle a engrangé 277 500 réponses, en progression de 50% par rapport aux 184500 réponses du Baromètre 2019. Un niveau très important, même par rapport aux enquêtes comparables menées dans des pays voisins plus tournés vers le vélo comme l’Allemagne.

Dans le Val de Marne plus de 5600 réponses ont été enregistrées, soit 105% de plus qu’en 2019. Phénoménal ! Toutes les villes affichent une nette progression ou une stabilité.

Nombre de réponses au baromètre en 2021 et 2019 pour les 47 communes du Val de Marne

St Maur dépasse 400 réponses. Le niveau de 200 réponses est dépassé dans huit villes (Alfortville, Créteil, Fontenay, Ivry, Maisons Alfort, Nogent, Le Perreux, St Maur, Vincennes) alors qu’elles n’étaient que deux en 2019. 45 des 47 villes du département passent le seuil de 50 réponses qui permet une analyse statistique des résultats, Orly et Ablon étant les seules communes à n’être pas qualifiées. Elles n’étaient que 27 communes qualifiées en 2019.

Le taux de participation, en % de la population du département, est de 0,4% . Dans plusieurs communes il dépasse 1% ce qui est très important pour une enquête de ce type.

Nombre de réponses pour chaque ville et taux de participation en % de la population totale

C’est un succès exceptionnel. Merci aux usagers qui ont pris le temps de s’exprimer, merci aux bénévoles qui se sont rendu(e)s disponibles pour aller au-devant des cyclistes. Le doublement de la participation confirme l’essor du vélo dans le département et le désir des usagers de faire entendre leur avis. Face à des collectivités territoriales qui considèrent trop souvent le vélo comme un moyen de transport marginal, cette enquête donne deux fois plus de poids aux demandes des associations dans notre département.

Prochaine étape : l’analyse des réponses à tous les niveaux (national, régional, local) qui sera publiée lors du prochain congrès de la FUB à Tours, les 10 et 11 février prochains. On est impatients !

Publié dans Actualité | 1 commentaire

Les courses à vélo, c’est possible

Le journal local d’information 94citoyens nous apprend qu’un service de livraison de courses à domicile fonctionne à Sucy en Brie lancé par Emmaus avec l’aide de la municipalité. livraison de courses à vélo, Bravo !

Et pour ceux qui n’habitent pas Sucy et n’ont pas de vélo cargo, ne pas oublier qu’une paire de sacoches suffit à ravitailler une famille en faisant les courses tous les 2-3 jours. Finis les soucis d’embouteillages , de prix des carburants, de parking ! Une solution de plus en plus employée, au point qu’il va bientôt falloir plus de parkings vélos ….

Créteil, vélos des clients des commerçants de la rue du Gal Leclerc.

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

Aménagements cyclables : quoi de neuf en 2021 dans le 94 ?

Comme l’an dernier nous faisons un rapide tour d’horizon des réalisations d’aménagements cyclables dans le département, en nous focalisant sur ceux qui apportent une vraie protection ou de nouvelles possibilités d’itinéraires pour les cyclistes. On listera donc les nouvelles pistes cyclables (protection par la séparation vélos/motorisés) et les nouveaux doubles sens cyclables (nouvel itinéraire) mais pas les bandes cyclables (qui ne protègent guère). La carte en ligne https://umap.openstreetmap.fr/fr/map/pistes-cyclables-et-voies-cyclables-val-de-marne_397181#15/48.7638/2.3990 en donne un aperçu résumé.

Surprise en février dernier : Saint-Maur passe en totalité en zone 30! Si l’on s’en réfère au code la route, cette mesure fait que toutes les rues à sens unique pour les voitures sont désormais des doubles sens cyclables dans la ville. Les cyclistes peuvent les emprunter dans les deux sens, sauf décision motivée de la mairie. Même si les motorisés ont encore des progrès à faire pour respecter les 30 km/h, cette mesure ouvre une quantité de nouveaux itinéraires aux cyclistes (ils sont trop nombreux pour figurer sur la carte umap). Une vraie révolution ! Autre nouveauté, deux pistes cyclables monodirectionnelles ont été réalisées au printemps 2021 de part et d’autre de la voie ferrée du RER entre les stations St Maur Le Parc et La Varenne (avenue du Général Leclerc – avenue de Lattre de Tassigny).

St Maur – Avenue de Lattre de Tassigny

A Bonneuil, c’est l’Avenue de Verdun qui a été équipée d’une nouvelle piste cyclable, dans le prolongement de l’avenue d’Oradour réalisée l’année précédente. Grace à ces 300 mètres supplémentaires il y a maintenant une continuité cyclable bien utile entre la D19 et la rue du Dr Roux.

Entre Champigny et Nogent nous aurions bien aimé annoncer l’ouverture de la nouvelle passerelle sur la Marne le long de la D86….. mais les travaux commencés en décembre 2020 ne sont pas encore terminés (photo). Rendez-vous l’an prochain ! A Nogent, avenue de Joinville , les bandes cyclables ont été pérennisées en novembre, à titre de solution provisoire en attendant que le projet de ligne « RER V – ligne E1» soit sur les rails.

Vue du chantier de la passerelle coté Nogent fin novembre 2021

Entre Charenton et Ivry, une piste bidirectionnelle a été réalisée par le CD94 sur le Pont Mandela amont (photo). Plus que la longueur de cette piste (300 m environ) c’est la création d’un passage protégé pérenne sur la Seine et un trottoir piétons sans candélabre en travers qui sont à saluer. On attend avec impatience la construction des rampes destinées à relier cette piste au quai de halage de Charenton qui est très fréquenté par les cyclistes. A suivre…

Charenton – Pont Mandela amont

A Ivry sur Seine, une nouvelle piste cyclable de 600 m de long a été inaugurée en juin 2021 sur le cours de l’Industrie, dans le nouveau quartier des Confluences (photo). Pour la ville, cet itinéraire cyclable est destiné à prendre le relais du bord de Seine (tracé actuel de l’Eurovéloroute 3) pour les cyclistes. La piste cyclable n’est pas encore continue, car il reste une interruption de quelque 100 mètres sans solution de remplacement au Nord de la rue M. Gunsbourg. Espérons qu’il y sera remédié vite !

Ivry – Cours de l’Industrie avec la nouvelle voie urbaine à gauche et la piste du futur bus en site propre TZen5 à droite.

A Ivry, Vitry et Thiais, un très grand chantier s’est terminé en 2021 le long de la D5 avec la réalisation du tramway T9 et des pistes cyclables attenantes. Les pistes cyclables créées ou améliorées dans la traversée de ces deux communes totalisent plus de 5200 m, ce qui en fait un axe majeur du nord du Val de Marne. La plupart des stations du T9 sont équipées de parkings vélos.

Vitry, la nouvelle piste cyclable de la D5 au niveau de la station Germaine Tailleferre du T9

A Choisy, deux tronçons de 300 m (entre la rue Roosevelt et la D86) et 200 m (le long du parc de la mairie) ont été équipés de nouvelles pistes cyclables (dans un seul sens pour le second de ces tronçons) à l’occasion du chantier T9. Les autres tronçons de la D5 ont été équipés de bandes cyclables. C’est dommage car elles sont dangereuses sur un axe aussi fréquenté, et il est peu probable qu’on puisse reprendre l’aménagement pendant les 40 ans à venir…

Piste cyclable le long de la D5 à Choisy

A Créteil une piste cyclable sur trottoir a été créée dans le bas de la rue du Dr Paul Casalis sur une longueur de 150 m dans le sens montant. Le sens descendant est pourvu d’une bande cyclable et de ralentisseurs bien utiles. Cette réalisation (photo) améliore la liaison avec le métro et le centre commercial, mais au droit de l’arrêt de bus les piétons n’ont guère d’autre solution que d’emprunter la piste cyclable. La continuité avec la piste cyclable existante du haut de la rue du Dr Casalis n’est pas encore assurée, les 200 m manquants étant attendus pour 2022. Egalement à Créteil, un double sens cyclable bien pratique a été instauré dans la section de la rue du Général Gallieni qui débouche sur la D19. Enfin la ville de Créteil a pris récemment un arrêté précisant le périmètre des diverses zones 30 qui ouvrira de nouveaux doubles sens cyclables aux cyclistes.

Toujours à Créteil, le réaménagement très attendu du giratoire Pompadour a été reporté à la demande de la Dir. des Routes d’ile de France. Le projet de réaménagement de la piste cyclable de la D19 (avenue Brossolette) doit encore être complété et concerté avec les riverains. A suivre…

Créteil , bas de la rue du Dr Paul Casalis

A Fontenay et Le Perreux , une piste cyclable expérimentale fonctionne sur la RD86A depuis avril 2021. Elles est en cours d’évaluation pour une éventuelle pérennisation ultérieure. Au Perreux, la RD34 a aussi été aménagée avec des couloirs bus+ vélo.

A Joinville , le projet de réaménagement par le CD94 de l’Avenue des Canadiens (passage sous le RER B) a obtenu un financement d’Etat. Il est prévu de démarrer ce projet en 2022 après accord avec la Ville et après concertation avec les associations d’usagers.

A Vincennes, la pérennisation des aménagements temporaires de la D120 (avenue de Paris) est prévue mais pas encore réalisée. Une étude va être lancée en 2022 sur la base d’une piste bidirectionnelle au nord. Dans l’attente, le marquage jaune sera repris et des balisettes fixées sur la chaussée seront implantées. A suivre….

A Ablon sur Seine, le projet de rampes cyclables pour la passerelle de l’Ecluse a obtenu un financement d’Etat au titre du plan Vélo avec une livraison prévue en 2024. Le feu vert du Conseil Départemental de l ‘Essonne se fait attendre, or il est nécessaire pour que les travaux puissent commencer. A suivre….

Et voilà, notre tour d’horizon est achevé. Nous remercions Bastien Hourst du CD94 qui nous a signalé des évolutions récentes ou projetées que nous ignorions. Ce bilan est certainement perfectible, nous sommes preneurs de tout signalement d’ aménagement nouveau que nous aurions oublié.

Publié dans Actualité | 4 commentaires

Retour sur la balade du 20 novembre 2021 = Parc des Hautes Iles

18ème et dernière balade de l’année 2021 qui devait être la 1ère, mais un coup de vent au mois de mars nous a arrêté devant les portes fermées du parc des Hautes Iles.

Malgré un temps frais, nous étions 11 personnes, dont une majorité de femmes et quelques unes avec un VAE. Un petit crachin rafraichissant nous a accompagné sur quasiment l’intégralité du parcours. Les Bords de Marne et le Parc des Hautes Iles avaient de belles couleurs d’automne.

Au moment de la pose les encas, vin chaud, café, thé, gâteaux sont sortis « miraculeusement » des sacoches…Nous avons pris le chemin du retour en allumant nos lumières et avons pédalé avec entrain pour arriver devant l’église à 16H30 pétante !

Ces quelques vers de Jacques Brel illustrent le ciel de cette balade =

Avec un ciel si bas qu’il fait l’humilité
Avec un ciel si gris qu’un canal s’est pendu
Avec un ciel si gris qu’il faut lui pardonner

Le parcours =

De nouvelles balades sont prévues en 2022. Puisque nous avons été très bien reçu, la ferme briard sera notre 1ère balade. Nous pourrons faire le plein de bon produits bio. A bientôt !

Publié dans Actualité, Balades | Tagué , , | Laisser un commentaire

La passerelle d’Alfortville fait grise mine, alerte aux élus


A l’occasion de tractages pour le baromètre des villes cyclables 2021, nos bénévoles ont échangé avec de nombreux usagers de la passerelle d’Alfortville, à pied, à vélo ou à trottinette.
Cette passerelle enjambe la Marne à la pointe nord d’Alfortville, près du complexe hôtelier « Chinagora » côté Alfortville, et du gymnase Tony Parker côté Charenton-le-Pont. Un ouvrage à vocation piétonne, ouvert à la circulation cycliste d’après sa signalisation. Pour son usage cycliste, elle connecte Alfortville à la voie cyclable située en long de la Marne, et de la Seine vers Paris à l’ouest. C’est un point de passage majeur en Val-de-Marne. Aux heures de « vélotaf » nos tracts sont vite partis !
Cette passerelle a été construite en 1889, initialement en acier et en bois. Par la suite (années 1970) elle a été refaite en béton armé et en acier.


Cet ouvrage fait aujourd’hui grise mine.
Le béton a vieilli, le tablier et les piles présentent des fissurations, la corrosion attaque en divers endroits. La solidité structurale de l’ouvrage est altérée et la crainte est celle d’une interdiction soudaine de l’accès à la passerelle, pour éviter tout risque d’accident. Le besoin d’entretien et de maintenance préventive est criant.

Rampe d’accès coté Alfortville : la rambarde est trouée par la corrosion
Pile du pont coté Alfortville : les armatures du béton armé ne sont plus protégées et sont soumises à la corrosion


Par ailleurs, les utilisateurs nous ont fait part d’autres problèmes, d’acuité croissante avec la fréquentation vélo :

  • côté Alfortville : son accès est malaisé et risqué du fait de la bordure du trottoir et de plots ;
  • côté Charenton : les virages prononcés et sans visibilité suscitent des risques de collisions des conflits d’usage entre les gens à pied et à vélo.
Chicane sans visibilité coté Charenton : élagage nécessaire !

Lors des discussions menées avec les collectivités territoriales dans le cadre de la définition du RER Vélo ligne E1 à l’initiative de la région Ile de France nous avons vu que les problèmes de la passerelle d’Alfortville étaient bien identifiés mais il n’existait pas de volonté commune d’agir. Par ailleurs le Baromètre des villes cyclables a été un succès de participation localement ( 208 réponses pour Alfortville et 135 pour Charenton).

Ces constats et discussions nous ont amenés, avec l’association MDB (antenne de Maisons-Alfort-Alfortville), à alerter les élus et services concernés de part et d’autre, sur l’importance de cet ouvrage et les besoins autour. Vous trouverez ci-après nos courriers aux maires d’Alfortville et de Charenton-le-Pont, qui sont également élus des territoires ‘Grand Paris Sud Est Avenir’ et ‘Paris Est Marne et Bois’.

Ces interventions ont donné lieu à plusieurs réponses qui vont dans le bon sens :

  • la Ville de Charenton a procédé à l’élagage de la végétation en rive droite. Le maire a envoyé une lettre le 10 décembre en prévoyant notamment la constitution d’une groupe de travail avec Alfortville pour établir un diagnostic des travaux à mener, la requalification en voie verte de la passerelle et le traitement de la chicane
  • Le maire d’Alfortville a accusé réception de notre courrier le 17 novembre en estimant que l’on pouvait emprunter la passerelle sans danger et en disant rechercher des solutions avec la Ville de Charenton et avec le GPSEA. Ce courrier a été complété le 7 décembre par une lettre promettant entre autres la mise à jour du diagnostic de l’ouvrage en 2022, le diagnostic précédent datant de 2010.

Entretemps nous avons procédé à deux comptages de fréquentation qui confirment le fort trafic piétons-vélos sur la passerelle :

  • le vendredi 10 décembre 2021 de 17h20 à 18h20 (c’est à dire de nuit) : 87 piétons et 78 vélos
  • le jeudi 16 décembre 2021 de 8h20 à 9h20 : 188 vélos et 100 piétons

En conséquence nous estimons que le trafic quotidien est de l’ordre de 1000 à 2000 usagers par jour.

(texte modifié le 10/12/2021 et le 3/1/2022 : mention de la participation finale au baromètre, réponses des maires, résultat des comptages piétons-vélos)

Publié dans Actualité | 3 commentaires

Hausse de la mortalité routière en octobre, surtout pour les piétons et cyclistes

Le ministère de l’intérieur vient de publier la statistique des accidents mortels de la route du mois d’octobre 2021 https://www.interieur.gouv.fr/actualites/communiques/hausse-de-mortalite-routiere-en-octobre-2021. On déplore une forte hausse d’ensemble par rapport à octobre 2020 (+14%). Comment cette hausse concerne-t-elle les usagers les plus vulnérables ? L’analyse des données du communiqué est éloquente :

Il est clair que les piétons et cyclistes sont ceux dont la mortalité a le plus augmenté en 2021 par rapport à 2020 ou 2019. Avec 80 tués (+75% par rapport au même mois en 2019-2020), la mortalité des piétons et cyclistes a dépassé celle des motards en octobre dernier ce qui n’était pas le cas ces dernières années.

Il ne faut pas tirer des conclusions hâtives de ces statistiques qui portent sur de petits effectifs et sur une durée limitée. Mais nous ne pouvons pas nous empêcher de penser au report sine die de projets destinés à améliorer la sécurité des piétons et cyclistes, comme l’aménagement du carrefour Pompadour à Créteil. Nous ne pouvons pas oublier que dans leur écrasante majorité, ce sont les véhicules motorisés qui sont responsables des accidents touchant les piétons et cyclistes (voir le bilan annuel 2020 de la sécurité routière publié par l’ONISR). Nous ne pouvons pas nous empêcher de penser au discours anti-vélo qu’adoptent cyniquement bien des chroniqueurs et des hommes politiques. Nous ne pouvons pas éviter de constater que certains élus désignent les aménagements cyclables comme responsables des embouteillages et sont partis en croisade contre les pistes cyclables temporaires.

Que font nos élus pour faire respecter la priorité des piétons sur les passages protégés ? Que font nos élus pour faire respecter les trottoirs et les pistes cyclables contre le stationnement abusif ? Que font nos élus pour que les piétons et cyclistes aient toujours un parcours sécurisé quand un chantier bloque temporairement leur cheminement habituel ? Que font nos élus pour faire respecter les limitations de vitesse, en ville ou à la campagne ? Que font nos élus pour que les grands projets d’infrastructure ne créent pas de coupure pour les piétons et cyclistes ? Reconnaissons le : l’implication de nos élus pour les usagers vulnérables est certaine, mais souvent très en-dessous de celle qu’ils accordent aux motorisés, de plus en plus protégés dans des voitures de plus en plus lourdes et puissantes. Il est temps que ça change, sinon on va continuer à voir de tristes statistiques.

Publié dans Actualité | 2 commentaires

Retour sur la balade du 06 novembre 2021 = La ferme de Monsieur

Une magnifique journée automnale qui en a fait venir plus d’un(e). Presque 20 participants et participantes pour rejoindre la ferme de Monsieur, appelée également « ferme des tours grises » par le chemin des roses, avec une diversité de vélos assistés électriquement ou pas…

En chemin nous avons profité d’une visite guidée de la ferme bio du plateau de briard par les exploitants qui élèvent diverses espèces de volailles, chapons, poulardes, volailles pour la ponte, et pour la viande, des oeufs et autres produits. Quelle différences y a t-il entre ces différents animaux ? Voici la réponse. Nous sommes partis les sacoches pleines dont du cidre et du fromage.

Nous avons fait le tour de la ferme de Monsieur dont l’histoire est surprenante. Un peu de thé ou de café et quelques gâteaux pour reprendre des forces et nous réchauffer. Les journées raccourcissent à vue d’oeil. Il fallait avoir son éclairage, et le cas échéant son gilet, pour pouvoir rentrer, en toute sécurité, à 18h pétante au son des cloches de l’église Saint-Christophe.

Un parcours de 29,36 km, en 2h08 ce qui fait une moyenne de 13,7 Km/h, pour une sortie au total de 4h06. Une jolie balade culturelle et gustative…

Prochaine balade = Si le temps le permet, samedi 20 novembre, en direction du parc des hautes Îles. Parcours plat (30 km) avec encas et surtout éclairage en état de marche sur les vélos. RDV à 13H30 sur le parvis de l’église.

Par ailleurs, nos amis de Fontenay à vélo se baladent également, comme l’antenne MDB Maisons-Alfort Alfortville

A bientôt !

Publié dans Actualité, Balades | Tagué , , | Laisser un commentaire

Retour sur la balade du 23 octobre 2021 = Le Parc de Sceaux

Nous étions 11 personnes, pour cette balade dans le sud-ouest parisien, sur un terrain urbain pour une partie et vallonné. Nous avons longé la roseraie de L’Hay-Les-Roses, puis une belle descente pour arriver sur la route royale du parc de Sceaux.

Nous sommes entrés dans le parc par la grande porte face au château. Puis nous nous sommes baladés dans le parc, pour arriver sur la coulée verte via Massy-Palaiseau.

Nous avons pique-niqué, au soleil, puis nous avons continué la coulée verte jusqu’ à Paris, pour une  visite d’un batiment atypique du XIVème arrondissement de Paris, l’église du travail.

Le retour de Paris à Créteil s’est effectué par Denfert-Rochereau, Etienne Marcel, les quais de Seine, la BNF, et les bords de Marne (BDM, dans la langue « D’jeun’s »). Ce fut une belle journée ensoleillée pour faire du vélo. Cette balade pourrait devenir une « classique automnale » !

Prochaine balade = le samedi 06 novembre, en direction de la ferme de Monsieur (Marolles en Brie). Prévoir un encas. 38km environ. RDV à 14H00 sur le parvis de l’église.

Publié dans Actualité, Balades | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Retour sur la balade du 09 octobre 2021 = La forêt de Rougeau

Par une belle journée chaude et ensoleillée, 15 personnes sont parties de l’église de Créteil pour aller cueillir des pommes. Nous rejoignons la forêt de Sénart en passant par Montgeron. Nous passons par Tigery pour emprunter l’Allée Royale bordée de séquoias, qui vont devenir dans quelques dizaines d’années, géants. (belle vidéo à partir d’un drone).

Nous pique-niquons au pavillon de chasse dans la forêt de Rougeau. La photo, au pied du Gardien, est incontournable. Sur le chemin du retour, nous faisons une petite halte pour la cueillette de pommes et remplissons nos sacoches, sacs…Maintenant reste à les cuisiner !

Nous sommes rentrés par les bords de l’Yerres, pris la belle côte qui mène au château de Saxe, puis la N19 à Boissy-Saint-Léger (depuis que la déviation est ouverte très peu de voitures la prennent…Les riverains et les cyclistes sont contents !). Retour sur Créteil un peu plus lourd qu’au départ…

Prochaine balade = le samedi 23 octobre 2021, vers le parc de Sceaux et retour par Paris (coulée verte). Prévoir pique nique. 45km environ. RDV à 09H30 sur le parvis de l’église.

Publié dans Actualité, Balades | Laisser un commentaire

Baromètre des villes cyclables 2021 : répondez à la grande enquête citoyenne sur le vélo

Après 2017 et 2019, la troisième édition du Baromètres des Villes cyclables a été officiellement lancée par la FUB le 14 septembre 2021 https://barometre.parlons-velo.fr/. Elle vise à collecter les avis d’un maximum d’usagers cyclistes sur les conditions de circulation à vélo : existence d’aménagements, sentiment de sécurité, coexistence avec les autres modes de déplacement, points à améliorer ou à saluer, etc. Les résultats du Baromètre sont nécessaires pour appuyer les demandes d’aménagements auprès des villes, des territoires, du département, de la région.

Répondons nombreux au Baromètre 2021

En 2019 le grand nombre des réponses (185000 à l’échelle nationale) avait surpris les médias et le monde politique, leur montrant que le besoin de bonnes conditions de circulation à vélo était bien plus important qu’ils ne l’estimaient. Le trafic vélo a encore augmenté depuis, aux cyclistes d’exprimer leurs besoins encore plus fort cette année !

Fais entendre ta voix

L’actualité 2020-2021 a été riche en évolutions pour les cyclistes du 94 : création de pistes cyclables pérennes ou temporaires, suppression de certaines d’entre elles, passage de villes entières en zone 30 km/h (St Maur) , projet de RER Vélo, stationnements vélos près des gares, grands chantiers (gares du Grand Paris Express, Pont de Nogent, contournement de Boissy St Léger, zone Ivry confluences, Pont de Choisy,…), etc. . A toi de dire comment ces évolutions ont changé tes conditions de circulation !

Piste cyclable temporaire à Créteil, Av du Gal de Gaulle, mai 2020 – sept 2020 R.I.P.

Réponds pour ta ville !

En 2019, 26 des 47 communes du 94 avaient obtenu plus de 50 réponses, le seuil à partir duquel les résultats sont statistiquement exploitables à l’échelle locale. Plusieurs villes avaient obtenu 100 réponses et au-delà (Alfortville, Cachan, Champigny, Fontenay, Ivry, Maisons Alfort, Saint Maur, Vincennes). Pour l’édition 2021 le taux de participation doit être amélioré pour les communes peuplées comme Créteil, Vitry ou Villejuif. Il est aussi important de l’augmenter dans les communes qui n’avaient pas recueilli plus de 50 réponses, afin qu’un maximum d’entre elles puissent être exploitées au niveau local : Ablon, Boissy St Léger, Bonneuil, Bry, Chennevières, Chevilly-Larue, Limeil-Brévannes, Mandres les Roses, Noiseau, Orly, Ormesson, Le Plessis Trévise, La Queue en Brie, Rungis, Saint-Maurice, Santeny, Valenton, Villecresnes, Villeneuve le Roi, Villeneuve St Georges, Villiers sur Marne.

Réponds pour les autres villes où tu circules à vélo !

L’enquête te permet de répondre pour chaque ville où tu ne résides pas mais où tu circules régulièrement à vélo. N’hésite pas à le faire pour exprimer ton ressenti et tes besoins quant aux aménagements de ces villes : les cyclistes qui y transitent doivent aussi pouvoir donner leur avis !

Fais passer le message sans tarder !

Il est important de toucher un maximum de cyclistes qui ne sont pas adhérents à une association d’usagers. Prends contact avec tous les cyclistes de ta connaissance pour leur expliquer le baromètre 2021 et les inciter à participer avant la date limite du 30 novembre 2021. Le vélo est loin de disposer d’un lobby important et organisé comme l’automobile ou le transport routier. Seule une expression citoyenne massive dans le Baromètre 2021 permettra de faire contrepoids à ces lobbys dans les années qui viennent.

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

Retour sur la balade du 25 septembre 2021 = Les étangs de Grigny

Nous sommes un petit groupe à partir en direction des étangs de Grigny. Nous traversons le parc départemental de Choisy par la rue des boeufs où nous rejoignons les bords de Seine. A Villeneuve-Saint-Georges nous prenons la direction la forêt de Sénart.

Une longue route toute droite, goudronnée, nous mène jusqu’à Soisy-sur-Seine pour rejoindre la passerelle donc les travaux ne sont pas encore finis. Nous longeons la Seine sur le GR2. Le chemin est très agréable. Au pont d’Evry, nous traversons le fleuve pour prendre l’autre rive où se trouve les étangs de Grigny.

Nous pédalons autour du lac de Viry -Châtillon, puis l’étang de la justice, l’étang de Mazières, le lac de l’arbalète. Nous avons le temps d’en faire le tour.

Il est temps de rentrer. Nous longeons l’Orge, puis la Seine pour rejoindre Créteil.

Prochaine balade = le samedi 09 octobre 2021, vers la foret de Rougeau, allée royale. Ramassage de pommes et coings; à vos sacoches ! pique nique. 50km environ. RDV à 09H30 sur le parvis de l’église.

Publié dans Actualité, Balades | Laisser un commentaire

Récit de voyage : « Sacoches en balades dans le Finistère sud »

Après plusieurs années à admirer les autres et plusieurs mois à s’organiser, ça y est ! Nous partons pour notre première expérience de vélotourisme !
En route pour une semaine bretonne, à nous les galettes et les gamelles !

Une semaine à vélo, ça se prépare !
Je me renseigne, je questionne les experts, je m’interroge sur mes besoins… puis j’emprunte (notamment les sacoches de la vélo-école) ou investit ! Tout le challenge est de prévoir suffisamment pour ne manquer de rien, mais pas trop pour que ça rentre dans les sacoches (et qu’on puisse porter tout ça). Même si nous avons une tendance minimaliste, la vue de toutes ces affaires au sol est impressionnante. Et là, c’est le grand débat : ça ne rentrera jamais maman !! Mais siiiiiiiii, on est large !!
Et en effet, les sacoches se remplissent tranquillement et il reste de la place pour les futures courses alimentaires.

Jeudi, l’heure du grand départ !

L’excitation des préparatifs et du chargement redescend lentement au fil des 6h de route pour aller jusqu’à Maël-Carhaix, en centre Bretagne. Une fois les tentes montées, l’envie est trop grande : nous enfourchons nos montures pour une petite balade en centre ville et autour de l’Etang des sources. C’est tellement agréable !

Vendredi, le vrai départ !

Aujourd’hui nous démarrons notre périple à vélo, l’énergie et la motivation sont là. Rien ne nous arrêtera. Enfin… peut-être. Le premier rangement de camp nous prend un temps fou, et la mise en place des sacoches sur le vélo encore plus. Mais pourquoiiiiiiii ? T’as oublié de mettre le k-way dans cette sacoche… Mais je viens de la fermer ! Et cette gourde, elle va où ? Il faut reculer les sacoches, elles me gênent là. On ne vérifierait pas la pression des pneus avant de partir ? Mais quand est-ce qu’on paaaaarrt !!!
Midi, c’est bon, on a faim, mais on se lance !

Nous quittons Carhaix en direction du sud, en empruntant la voie 7 Bretagne qui relie Roscoff à Concarneau. Nous découvrons le plaisir de rouler sur une voie verte, avec un sol en terre, des arbres de part et d’autre, des piétons, des vélos et… aucune voiture ! Nos premiers kilomètres se font à vive allure, dopés par l’aventure qui commence. On pédale, on admire les paysages, on discute, et on peine un peu avec notre chargement :). L’étape théorique s’arrête à Gourin, mais comme il n’y a pas de camping, nous prolongeons le plaisir jusqu’à Guiscriff.

Nous apprenons alors que la ligne de chemin de fer Carhaix/Rosporden, fermée en 1967, sert aujourd’hui de voie verte. A Guiscriff, l’ancienne gare accueille aujourd’hui un café, un musée, un escape game, et quelques places de camping. Un endroit idéal.

Une première journée de 32 Km, pour des novices, c’est pas mal !

Samedi, à nous la mer !

La pluie repousse un peu le réveil, mais elle n’aura pas raison de notre motivation ! Aujourd’hui, on avance sans pression et on voit si on rejoint la mer !
Nous poursuivons notre parcours sur la voie verte, au milieu de la forêt domaniale de Coatloc’h. Sur ce chemin enchanteur, nous passons plusieurs petites maisonnées : elles servaient autrefois d’abris aux personnes réparant la voie de chemin de fer. L’une d’elle nous sera bien utile lors de notre pause déjeuner.

En avançant vers Rosporden, nous longeons un champ avec deux vaches et un veau. Bel avantage à voyager doucement : nous remarquons un petit détail : le veau peine à se mettre debout. Il vient de naître, et tente de faire ses premiers pas ! Nous restons là à l’encourager quelques minutes jusqu’à ce qu’il y parvienne. Une expérience magique.

La voie verte longe l’étang de l’Aven à Rosporden, avant de traverser la ville et de reprendre dans la forêt. Nous la quittons un peu avant Concarneau pour remonter vers la Fôret Fouesnant.

Une deuxième étape de 40Km, nous sommes content d’arriver !

Lundi, adieu la voie verte

Après une journée de repos au bord de la mer, nous repartons vers l’Est en direction de Concarneau. Ne pouvant laisser nos vélos chargés sans surveillance, nous admirons de loin la ville close construite au Moyen-Âge. Nous découvrons que la ville est bien plus grande et qu’elle abrite notamment un chantier naval.

Nous visons Trégunc, sans itinéraire précis, nous laissant guider par nos envies et les paysages qui s’ouvrent à nous au loin.

Petite journée de 23Km, avec pas mal de côtes. L’avantage quand on monte, c’est qu’après on descend !

Mardi, entre mer et terre

La voie verte, facile et paisible, est loin derrière nous. Depuis hier, nous roulons sur la véloroute. Le revêtement goudronné nous fatigue moins que la terre battue, mais le flot de véhicules motorisés demande une attention particulière. Souvent, un marquage au sol a été fait sur le bas-côté, donnant le sentiment que l’on a presque notre place sur la route. Difficile pourtant de se sentir totalement à l’aise lorsque l’on doit pousser son vélo dans la côte, à quelques centimètres des voitures qui circulent à vive allure.

Nous longeons d’abord la côte, admirons le paysage fabuleux qui s’offre à nous, profitons d’un rayon de soleil pour tremper les pieds dans l’eau iodé, puis remontons dans les terres.

A Pont Aven, nous retrouvons une voie verte (à nouveau, une ancienne voie de chemin de fer), et nos k-way. En quittant Riec sur Belon, nous apercevons des vestiges dans la forêt qui jouxte la route. Intrigués, nous partons à la découverte de ces neufs anciens bassins de décantation du kaolin, exploités entre 1919 et 1927, et à présent recouverts par la nature : un lieu magique !

Après 35 Km, nous nous arrêtons pour deux nuits à Kergoulouet.

Jeudi, on va voir la mer !

Aujourd’hui, nous repartons sans but précis. Pas de camping réservé, nous verrons où la route nous mène ! Un objectif tout de même : rejoindre et longer la mer.

Partis de Kergoulouet, nous passons Moëlan sur Mer, descendons vers Le Pouldou, remontons sur Clohars-Carnoët, traversons la rivière Laïta et longeons la mer jusqu’à Fort Bloqué.
En chemin, nous profitons des paysages : beaucoup de champs et parfois le plaisir d’apercevoir la mer, un phare peint, un ancien moulin, une glace artisanale de la ferme…

De tours en détours, nous avons tout de même parcouru 37 Km. Ce qui n’empêche pas la balade de 3 Km sur la plage au coucher du soleil !

Vendredi, passage de Lorient

C’est l’étape que je redoute le plus. Toutes les autres avaient leurs lots d’inconnues, avec comme point commun des petites villes et des routes globalement tranquilles. La traversée de Lorient, ville de 57 000 habitants, dense et remplie de voitures, me fait peur. D’autant plus que je ne l’ai pas préparée et que je sais que la route est longue ensuite pour rejoindre un camping, que je n’ai pas réservé.
Nous repoussons le départ et longeons la côte un maximum. C’est splendide : les fleurs teintent les falaises de bordeaux, rose, violet, et un camaïeu de bleu s’étend à perte de vue. Gros bémol, cet itinéraire nous fait entrer dans Lorient par la D29, qui s’avère être un axe routier important : 2×2 voies et zone industrielle, nous serrons les fesses. Et puis, belle surprise, une voie piéton/vélo est aménagée pour passer l’étang du Ter et débouche sur de vrais aménagements cyclables : pistes rouges dédiées, panneaux directionnels, ronds points et intersections aménagées. C’est finalement presque un plaisir de traverser la ville.

Après une longue pause tardive pour déjeuner, nous repartons de Lorient un peu avant 18h, direction le camping le plus proche. On regarde la carte, on vérifie à deux fois, et le constat tombe : 18 Km ! On doit en avoir déjà 25 dans les roues, la motivation n’est pas là. Nous avançons, fatigués, remontant le moral du plus jeune, passant outre les remarques désagréables du plus grand, tentant de profiter du paysage du bord de route. Nous faisons une pause au pont du Bonhomme qui nous intrigue : à côté du pont moderne grâce auquel nous traversons Le Blavet se trouve deux piliers, vestiges d’un pont de pierre construit en 1900, surplombé d’un breton et d’une bretonne, gardiens de l’estuaire.

Vers 20h, nous arrivons enfin au petit camping municipal de Port Louis. Nous faisons le tour pour chercher une place, refusant de croire au mot « complet » inscrit sur la porte. Dépitée, je reprends la carte pour trouver un plan B. Joli challenge quand on se trouve sur une pointe et qu’il n’y a pas d’autres campings aux alentours. Une campeuse vient à notre secours et nous dit de nous installer derrière l’accueil, sur une parcelle qui semble déjà accueillir d’autres vélotouristes en désuétude.

Finalement, la difficulté n’était pas là où je l’imaginais. Je redoutais la traversée de Lorient, son aménagement cyclable nous a agréablement surpris ! Il est donc possible de concilier ville et vélo, de partager les espaces entre automobilistes, motos, bus, vélos, trottinettes, piétons… Suffit-il d’une volonté politique accompagnée par les conseils des associations cyclistes ?

Notre départ en fin de matinée ajouté à un trajet de 44 Km fût la complexité de la journée. Mais on l’a fait !!

Samedi : dernier jour

Après la journée éprouvante d’hier, aucune pression pour aujourd’hui. Notre point de chute, Etel, est à une vingtaine de kilomètres : facile ! La perspective d’y poser la tente pour une semaine et de profiter de la mer nous met du baume au cœur. Nous avançons tranquillement mais sûrement, arrivant au camping en début d’après-midi, avant même qu’il ouvre. Du jamais vu !

Lundi : le temps du bilan

Je reprends le vélo de bon matin et parcours les 30 Km qui me séparent de Lorient. Je visualise le parcours, je suis seule et sans sacoche… j’avance à bon allure ! Je me surprends dans une montée à faire du 15 Km/h alors que c’était notre vitesse moyenne cette semaine. Je profite de ces derniers instants sur ma selle, longeant les champs et la forêt. Sur une partie de la départementale, la voie cyclable est séparée de la route par une haie. Le bruit des voitures s’estompe et je me sens en sécurité. Je prends pleinement conscience de l’importance des infrastructures pour le développement de ce mode de circulation doux et non polluant.

De Lorient, je prends le bus pour Carhaix et récupère la voiture. Mes pensées voyagent, se remémorent ces quelques jours passés en vélo, ce bonheur simple que j’ai partagé avec mes enfants. Cela fait longtemps que des vacances ne m’avaient pas autant ressourcées. Le téléphone rangé et un rythme ralenti sont deux excellents moyens de se couper du quotidien.

Reprendre la voiture ne m’est pas agréable. En 1h, je traverse les lieux de notre périple, je revois ce resto où nous avons eu notre premier repas, longe la voie verte, revois cette intersection où nous avions cherché notre chemin, devine le camping où nous avons dormi le premier soir, passe à côté de notre petit veau… Tout va trop vite. Les paysages défilent sans que je n’ai le temps de les voir. Les infos à la radio me ramènent à la réalité du monde. Le contre coup est puissant et l’envie de repartir déjà ancrée au fond de mon cœur !

Je constate que nous étions globalement bien préparés. Nous avons pris quelques affaires en trop, d’autres nous ont un peu manqués. La voie verte, parfois monotone, apporte calme et sécurité. La véloroute, où nous sommes bien trop souvent sur le bas-côté, amène une grande diversité de paysages. Les kilomètres se font naturellement, et nous décidons de leurs nombres en fonction de notre capacité. Les sourires s’échangent, on discute avec des inconnus, on découvre le monde sous un nouveau jour.

Nous avons pris du plaisir, beaucoup de plaisir !
Et on en redemande 🙂

Récit de voyage d’une adhérente de PTR94. Merci Nathalie !

Publié dans Actualité, Balades | 1 commentaire

Les évènements de la rentrée 2021 à ne pas manquer : Convergence, Ciné-rencontre, Balade.

La Convergence Vélo d’Ile de France, organisée par le MDB (Mieux se Déplacer à Bicylette) aura lieu le dimanche 19 Septembre 2021. Ce rassemblement, qui n’avait pas pu se tenir en 2020, réunit plusieurs milliers de cyclistes convergeant vers Paris à partir de différents points d’Ile de France. Ce sera aussi le jour de Paris sans voitures. Pour Créteil, rendez-vous à l’Eglise de Créteil à 9h45 pour rallier Paris-place de la Concorde vers midi par St Maur des Fossés, Joinville-le-Pont et Vincennes, rue de Rivoli. Pique-nique sur l’esplanade des Invalides et retour libre (un groupe repartira vers Créteil après le pique-nique). Niveau nécessaire : rouler en groupe moyennement dense, allure modérée mais fréquentes accélérations et ralentissements. Pas d’inscription nécessaire mais pass sanitaire exigé.

Ciné-rencontre le jeudi 23 septembre 2021 à 20H au Cinéma du Palais

La projection du film « Together we cycle » le jeudi 23 septembre 2021 à 20 h au cinéma du Palais à Créteil (entrée libre, pass sanitaire demandé), dans le cadre de la semaine de la Fête des Possibles. Ce film sur la situation du vélo aux Pays Bas sera présenté par un grand spécialiste du vélo , Stein van Oosteren, qui dédicacera son livre « Pourquoi pas le vélo – Envie d’une France Cyclable » paru cette année. Cette soirée est organisée par PTR94 et Créteil Ecologie. Venez nombreux !

Balade dans Créteil le vendredi 24 septembre 2021 de 17h30 à 19h pour se rendre à la soirée « Disco Soup » de la Fête des Possibles

Rendez-vous à 17h30 à l’Eglise de Créteil pour un itinéraire à vélo de 15 km environ qui fera découvrir des voies aménagées pour les cyclistes (D19, zones pacifiées à 20 ou 30 km/h) et aussi des artères dont on espère l’aménagement (D86 notamment), qui se terminera au CSC M. Rebérioux, lieux de la Disco-Soupe. Balade accessible à ceux qui sont autonomes pour circuler à vélo en ville, sans inscription préalable.

03 occasions à saisir, où nous aurons le plaisir de se rencontrer, de se retrouver, de d’échanger, de partager…A très bientôt !

Publié dans Actualité, Balades, Evènements | Laisser un commentaire

La D86 : déjà beaucoup de vélos, on attend toujours une vraie piste cyclable !

Un axe important

De Choisy le Roi à Joinville le Pont, la D86 est un axe de communication important pour les cyclistes à plusieurs titres :

  • La D86 passe à proximité de nombreux établissements générateurs de trafic : station du tram T9 , mairie de Choisy-le-Roi, gare RER de Choisy, parc interdépartemental des Sports, gare RER de Créteil-Pompadour, Lycée Léon Blum, Ile de Loisirs, Mosquée, Station de métro Créteil-Université, faculté d’Economie et de Gestion de l’UPEC, Conservatoire de musique Marcel Dadi, Parc Dupeyroux, Eglise de Créteil, Hopital Intercommunal de Créteil, lycée d’Arsonval, gare RER A de St Maur Créteil, lycée Marcelin Berthelot, mairie de Joinville, gare RER de Joinville le Pont.
  • Au pont de Choisy, la D86 est le seul franchissement de la Seine entre le pont du Port à l’Anglais, 3,5 km au Nord et le pont de Villeneuve St Georges, 5 km au Sud.
  • Au carrefour Pompadour, la D86 est le seul franchissement du faisceau de voies ferrées du réseau Sud-Est entre le Bd Gallieni à Alfortville (2,5 km au Nord) et l’avenue de Choisy à Villeneuve St Georges (4 km au Sud).
  • Au Pont de Créteil, la D86 est le seul franchissement de la Marne entre le pont de Bonneuil (2,5 km au Sud-Est) et la passerelle du Halage (500 m au Nord)

Il est donc logique que le Collectif Vélo Ile de France ait proposé de faire passer la ligne de grand contournement (GC) par la D86 dans ce secteur.

La D86 près du métro Créteil Université: un carrefour refait en 2020 comme si les cyclistes n’existaient pas.

Peu d’aménagements cyclables

Sur le tronçon Choisy-Joinville (9,7 km) la D86 offre le plus souvent 2 x 2 voies pour la circulation générale et souvent 1 ou 2 voies dédiées au bus en site propre TVM. Les aménagements cyclables y protègent les cyclistes sur un tiers de l’itinéraire :

  • pistes cyclables à Choisy à l’ouest de la Seine et sur le pont de Choisy (700m),
  • piste cyclable le long du Parc interdépartemental des Sports à la limite Choisy-Créteil (860 m) ,
  • passerelle piétons-vélos sur les voies ferrées à Créteil-Pompadour (280m),
  • piste cyclable bidirectionnelle entre le carrefour Pompadour et l’Ile de Loisirs à Créteil (630 m)
  • piste cyclable bidirectionnelle rue de Paris et Avenue Jean Jaurès à Joinville (800 m)

Ce tronçon a vu aussi une tentative du CD94 de réaliser des pistes cyclables temporaires au printemps 2020 le long de la D86. Les maires de Créteil et de St Maur en ont demandé avec insistance la suppression à l’automne 2020…. et ils l’ont hélas obtenue.

Un axe fréquenté malgré sa dangerosité

La fréquentation vélo est attestée en premier lieu par les comptages de fréquentation du CD94 au niveau du parc interdépartemental des Sports, à proximité de Créteil Pompadour. Cette évolution sur un an montre un pic à plus de 1000 vélos par jour fin juin 2020, quand les pistes cyclables temporaires encourageaient à la pratique du vélo. Depuis leur suppression en septembre 2020, le trafic vélo fluctue entre 500 et 1000 vélos par jour. Par rapport aux autres axes suivis par le CD94, cette fréquentation est tout à fait significative quand on songe que c’est l’axe le plus éloigné de Paris et le moins pourvu d’aménagements cyclables..

Pour avoir une information complémentaire sur la fréquentation vélo, les associations locales (PVSM et PTR94) ont aussi mené depuis décembre 2020 une campagne systématique de comptages manuels pendant une heure le matin, deux fois par mois , en 8 points le long de la D86 et sur des itinéraires parallèles. Le choix du créneau horaire (8h à 9h) correspond à la pointe de fréquentation du matin. On constate que la fréquentation pendant ce créneau représente très approximativement un dixième de la fréquentation journalière. L’évolution temporelle est cohérente avec les résultats du CD94 : le trafic moyen fluctue autour de 50 vélos/heure en hiver et augmente jusqu’à 100 vélos/heure au printemps.

Un point intéressant que les comptages associatifs mettent en évidence est le profil de la fréquentation cycliste le long de la D86 : quand on fait la moyenne sur les 13 dates de mesure, certains points montrent des flux supérieurs à 80 vélos/heure (lycée Marcelin Berthelot à St Maur, passerelle du Halage sur la Marne, bords de Marne), d’autres des flux de 35 à 60 vélos/heure (Créteil Université, Pont de Créteil, carrefour Pompadour). L’explication de ces différences est en partie liée à la proximité d’établissements générateurs de trafic (lycée Berthelot à St Maur) mais surtout à l’absence d’aménagements cyclables continus à Créteil Université, au pont de Créteil et au carrefour Pompadour. Au contraire, les points plus fréquentés sont ceux pourvus de pistes cyclables (bords de Marne à St Maur et à Créteil, passerelle du Halage).

Cette interprétation est confirmée par un constat alarmant : à Créteil Université, près d’un cycliste sur deux emprunte les trottoirs ou les passages piétons plutôt que la chaussée! Au pont de Créteil, un tiers des cyclistes passe par les trottoirs! Certains cyclistes empruntent aussi la voie du TVM. L’aménagement actuel propose donc un dilemme aux cyclistes : se sentir en danger sur la route, ou bien commettre une infraction. PTR94 demande instamment de ne pas commettre ces infractions, mais elles sont le résultat de la protection très insuffisante des cyclistes s’ils empruntent les voies de circulation générale.

Peut-on y réaliser une piste cyclable ?

La D86 présente des configurations très différentes selon les endroits mais dans la plupart des cas une piste cyclable pourrait y être créée sans toucher au TVM – une des voies de bus les plus fréquentées de l’Ile de France- et sans interrompre la circulation générale:

Entre le pont de Choisy et le Parc départemental des Sports, une piste cyclable peut s’implanter en prenant sur le stationnement ou sur les voies de circulation (configuration normale 2×2 voies circulation, 2×1 voie stationnement, 2×1 voie TVM)

Choisy , Avenue Victor Hugo. On voit encore à gauche la PC temporaire, ou plutot la bande cyclable qui en reste.

A Créteil, entre le parc des Sports et le carrefour Pompadour, un court tronçon requiert l’élargissement de la passerelle Pompadour (voie piétonne trop étroite actuellement). Le giratoire Pompadour sera transformé en 2021 par le Département pour implanter un anneau cyclable protégé (avec une subvention du Fonds Vélo), c’est un pas dans la bonne direction.

Toujours à Créteil, l’avenue de Choisy entre la station Total et la station TVM Créteil Université présente des espaces non bâtis de part et d’autre. Cela permet d’ implanter une piste cyclable en restreignant peu les voies de circulation actuelles.

Créteil, Avenue de Choisy : 2 voies TVM +2×2 voies de circulation. Les voitures serrent les vélos de près.

Encore à Créteil, le tronçon Université-Eglise de Créteil est une section où le stationnement en épi actuel occupe quasiment 5 mètres coté Sud. Passer à un stationnement longitudinal (2 mètres) ou le supprimer permettrait de caser une piste cyclable en modifiant peu les voies de circulation.

Créteil, rue des Mèches avec stationnement en épi et 1 voie TVM

Toujours à Créteil, Avenue de Verdun, on compte jusqu’à 4 voies de stationnement+ 2 contre-allées en plus du TVM et de la circulation. La conversion de 2 voies de stationnement permettrait de créer une piste cyclable, voire d’offrir en plus aux piétons un vrai trottoir à la place d’une contre-allée, ici encore en modifiant peu les voies de circulation.

Créteil, Av de Verdun : jusqu’à 11 voies pour les motorisés (dont 1 voie TVM), contre-allées en guise de trottoirs

A St Maur, Avenue du Pont de Créteil, la création d’une piste cyclable demanderait de prendre de l’espace à la circulation générale car la largeur est limitée entre le Pont de Créteil et la gare RER St Maur-Créteil. Entre la gare RER et l’entrée dans Joinville, la largeur de la D86 est actuellement suffisante pour une 2×2 voies + stationnement bilatéral, et la création d’une piste cyclable y serait possible en réduisant le stationnement. A défaut de longer la D86, un itinéraire cyclable de substitution pourrait emprunter la piste cyclable existante de la D215 en rive gauche de la Marne et l’un des franchissements cyclables existants de la Marne en aval (passerelle du Halage, pont de Maisons Alfort).

St Maur, av du Pt de Créteil entre la gare RER A et le lycée M.Berthelot (pas de TVM sur ce tronçon)

Conclusion : qu’attend-t-on ?

Les pistes évoquées plus haut demandent à être précisées dans le détail (piste bidirectionnelle ou non, localisation des places de stationnement à convertir, protection des intersections ….) . Les adversaires du vélo et les nostalgiques du XXème siècle ne manqueront pas de prétendre que l’aménagement d’une piste cyclable le long de la D86 est trop compliqué, trop cher, etc. Mais pour fluidifier le trafic routier les collectivités et l’Etat n’hésitent pas à engager des travaux colossaux (ex. déviation de la D19 à Boissy St Léger), incomparablement plus coûteux que les aménagements cyclables. N’oublions pas que les motorisés bénéficient de l’A86 qui leur est réservée! Les cyclistes et les piétons, beaucoup plus souvent victimes d’accidents en Ile de France, n’ont aucun scrupule à avoir quand ils demandent des aménagements minimaux pour leur sécurité. Pour de multiples raisons (pollution, nuisances sonores, changement climatique, sédendarité, ressources limitées) les politiques publiques du XXIème siècle, dont sont comptables les collectivités territoriales, devraient s’orienter vers une diminution de la place de la voiture en ville, en favorisant les autres mobilités dont le vélo. Il est grand temps que les collectivités concernées par la D86 agissent dans ce sens.

Publié dans Actualité | 4 commentaires

Retour sur la balade du 04 septembre 2021 = Les Bouddhas à Moissy-Cramayel

Le temps maussade de la nuit n’a pas découragé 08 personnes pour aller voir les bouddhas à Moissy-Cramayel dans un parc d’un ancien château (de Lugny) reconvertie en temple bouddhiste.

Nous avons pris le Chemin des Roses jusqu’à l’ancienne gare de Mandres-Les-Roses puis nous avons descendu vers l’Yerres à la hauteur de Varennes-Jarcy pour remonter à Combs-La-Ville.

Puis nous avons suivi le ruisseau des Hauldres qui alimente des étangs de Vernouillet, des Roselières, de la Flâche et d’autres ou les pécheurs sont nombreux. Le ruisseau se jette vers  île aux Paveurs à Etiolles.

Nous sommes rentrés par des chemins des champs, longés l’Yerres un moment. ou nous avons vu l’Obélisque de Moissy.

Deux petites gouttes de pluie sur le chemin du retour, nous a rafraichie…

Prochaine balade = le 25 septembre 2021, vers les étangs de Mennecy, le parc de Chamarande, sous reserve du temps et des travaux sur la ligne D du RER. RDV à 09H15 sur le parvis de l’église, pour prendre le RER Carrefour-Pompadour  de 9H44 direction   Mennecy  , retour  RER Mennecy via pompadour  (changement a Viry-Chatillon), avec un bon pique-nique, de l’eau, de quoi réparer, chambre à air. 66Km

Publié dans Actualité, Balades | Tagué , , | Laisser un commentaire

La ville de Charenton consulte sur son plan vélo

Aux portes de Paris, au long de la Marne et de la Seine et à l’orée du bois de Vincennes, Charenton-le-Pont a tout pour être un carrefour important des déplacements à vélo, pour ses 30 000 habitants comme pour les cyclistes du Val-de-Marne de passage, pour les déplacements utilitaires comme de loisirs.

La ville a consulté des associations vélo, et Partage Ta Rue 94 a rencontré les élus et les services concernés début juin 2021. Nous tenons à saluer et remercier pour la démarche, la qualité d’écoute et les ambitions affichées dans leur projet.
Les grandes lignes du plan vélo de Charenton sont exposées dans la communication de la commune, notamment dans ce numéro de juin 2021 de Charenton Magazine, où ce plan fait l’objet d’un dossier complet (p. 17 et suivantes). Nous y renvoyons mais soulignons déjà l’approche complète déployée, pour le vélo et les autres mobilités actives, avec tous les volets utiles : aménagements et itinéraires, stationnement, sécurité, entretien et réparation, apprentissage, etc.

Sur tous ces points des rencontres et des ateliers sont prévues jusqu’à fin septembre en divers points de la ville. L’agenda est ici, p. 15. Le prochain atelier vélo aura lieu ce samedi 28 août place Henri d’Astier, de 10h à 16h.


En cette phase actuelle d’information et de consultation, saluons également les outils numériques qui sont déployés. Sur ce site dédié au plan vélo, on trouve de l’information, des cartes, un calendrier précis, de manière accessible et participative.


Une des premières étapes est celle d’un « quizz ». Il permet – notamment aux non-résidents – de « réviser son Charenton » et d’appréhender les contraintes et responsabilités respectives du département pour certains axes, Saint-Maurice sur le bord est de la rue de Lattre de Tassigny, Paris côté Bois de Vincennes ou Voies navigables de France côté fleuves. Ceci permet d’être bien informé et surtout plus pertinent pour la suite, en tant que contributeur.


La carte participative permet de pointer des problèmes et des améliorations possibles. Moyennant la création d’un compte on y intègre des balises, avec commentaires ou photos. On peut notamment pointer des besoins d’arceaux ou choisir les endroits de pompes à vélo et outils. Ces publications peuvent être partagées, discutées, « likées » entre contributeurs. C’est clair et ergonomique.

On vous invite donc à y jeter à œil, à faire part de vos idées ou besoins. S’il faudra juger sur pièce les résultats du plan vélo de Charenton, leur démarche et l’outil sont un modèle du genre, de bon augure pour la suite, espérons.

Nous remercions Alexandre pour son implication et ce compte-rendu.

Publié dans Actualité, Aménagements, Conseils, Evènements | Tagué , , | 1 commentaire

Récit de voyage = Le canal du Loing et le canal Briare

Jour 1 : Melun – Nemours (65 km)
Le parcours a été un peu allongé, car nous nous sommes détournés du chemin du canal pour tenter d’aller voir le site naturel du tuf de la Celle, le plus petit espace naturel sensible en Seine-et-Marne. A explorer de préférence à pied !

Nous avons longé la Seine par le chemin de halage, en passant à Bois-le-roi devant les Affolantes. A Samois, le chemin détrempé par la pluie des derniers jours était boueux, à tel point que nous avons dû mettre pied à terre.

En début d’après-midi, arrivée à Saint-Mammès où finit le canal du Loing, que nous allons ensuite remonter jusqu’à Montargis. Mais pour cette première étape, nous ferons halte à la Maison rose à Nemours, chambre d’hôte très sympathique où les vélos sont bienvenus.

Coup de coeur de ce jour : Moret-sur-Loing, pittoresque ville avec de superbes vestiges médiévaux et Renaissance, qui vaudrait largement une journée entière. Seul bémol : voitures trop envahissantes !

Jour 2 : Nemours – Châtillon-Coligny puis poussée jusqu’à Rogny-les-sept-écluses (84 km)

Nous longeons toujours le canal du Loing à droite et à gauche la rivière du même nom, avec un vent de face parfois fort.

Puis à Châlette-sur-Loing le canal change de nom pour devenir le canal de Briare, au niveau de la jonction avec le canal d’Orléans. La jolie rivière du Solin passe sous le canal.

Une ancienne papeterie suscite notre curiosité.

Arrivée à Montargis à l’heure du déjeuner, pris dans un parc en compagnie de poules d’eau et de leurs petits. Visite trop rapide de la « Venise du Loiret » qui mériterait plus de temps.

Nous faisons une pause à Châtillon-Coligny où nous passerons la nuit et partons derechef pour aller admirer les 7 écluses en cascade à Rogny

De retour à Châtillon-Coligny, visite de la ville à pied en compagnie d’un sympathique guide local improvisé.

Jour 3 : Châtillon-Coligny – Nemours (89 km)

Pour le retour vers Melun, nous choisissons de quitter le canal et de prendre les routes et chemins dans les terres. Une grosse étape nous attend, avec un vent forcené de face ou de profil, de belles côtes et donc aussi de belles descentes.

Nous visitons le donjon de Château-Renard avec vue panoramique sur la 
ville

Petite halte à La Selle-sur-le-Bied, au bord de la Cléry (beau château à voir), avant de rendre un peu de forces à Chevannes entre la rivière Sainte-Rose et Le Betz, dans un joli parc avec tables et bancs.

Juste avant Dordives, imposant château médiéval de Mez-le-maréchal, où des bénévoles oeuvrent à sa restauration.

Dernière visite de la journée à Château-Landon. Mais quelle idée d’avoir construit des châteaux aussi haut perchés…

Retour sur Nemours par le canal. Nous logeons à nouveau à la Maison rose (32 rue de la héronnerie).

Jour 4 : Nemours – Melun par Fontainebleau (52 km)

Après une (petite) grasse matinée, nous affrontons encore le vent et de fréquentes averses, heureusement de très courte durée à chaque fois.

Visite de Larchant, qui frappe par son immense église dont une moitié est en ruine, et l’autre moitié consolidée et encore en service. Malheureusement, nous ne pouvons pas visiter la réserve naturelle des marais qui est privatisée et n’est ouverte au public que quelques jours par an.

Dans la forêt de Fontainebleau, visite du parcours éducatif Arbor&Sens, à faire à pied ou à vélo.

Nous avons pris notre mal en patience en traversant la forêt de Fontainebleau. Que de voitures, dont certaines n’ont jamais de leur vie vu un atelier de contrôle technique et nous font cracher nos poumons.

A 2 km de la gare de Melun, la crevaison sans laquelle le parcours ne serait
pas complet…

Nous remercions Hélène et Michel pour ce récit de voyage aux portes de l’Ile de France.

Parcours =

Jour 1 : https://connect.garmin.com/modern/activity/embed/7269882500

Jour 2 : https://connect.garmin.com/modern/activity/embed/7269881218

https://connect.garmin.com/modern/activity/embed/7269881676

Jour 3 : https://connect.garmin.com/modern/activity/embed/7269880856

Jour 4 :https://connect.garmin.com/modern/activity/embed/7269880161

Publié dans Balades | Tagué , , | Laisser un commentaire

Retour sur la balade du 31 juillet 2021 = Canal de l’Ourcq et bords de Marne

De bon matin trois valeureux cyclistes démarrent de Créteil pour prendre le train à Chelles. A Thorigny, Ania rejoint le petit groupe. Nous descendons à Meaux et empruntons le canal de l’Ourcq , chargé d’histoire, jusqu’au port aux perches.

Nous filons vers le nord et suivons le canal quelques kilomètres puis nous le quittons pour s’arrêter devant les vestiges du château de Crouy-sur-Ourcq.