Rouler en sécurité à vélo en ville

Logo-PTR94

Faire du vélo en ville est une activité pas plus dangereuse qu’une autre (et même très bénéfique pour la santé), cependant voici 4 conseils importants mais trop méconnus, notamment dans le positionnement du cycliste sur la chaussée, il serait hasardeux de ne pas les respecter, nous insistons sur ces 4 points lors de nos leçons de vélo pour adultes :

1) rouler à au moins 1 mètre des voitures garées

(bien que ça soit interdit certains automobilistes ouvrent leur portière sans regarder, et PAF, parfois les conséquences sont dramatiquement irréversibles). Imaginez la largeur d’une portière de voiture 2 ou 3 portes (fréquent), ou d’un coupé !

2) les angles morts de poids lourds (le chauffeur ne vous voit pas)

(c’est le cas de la plupart des personnes décédées suite à 1 accident sur 1 Vélib -1,4 tué à Vélib/ an à Paris entre 2007 et 2012) : je garde mes distances en roulant et à l’arrêt (VIDÉO), je ne double que si je suis sûr que le chauffeur m’a vu (pas quand il manœuvre ni qu’il fait marche arrière, jamais par la droite), et je suis prudent si je vais tout droit alors qu’à ma gauche 1 poids lourd tourne à droite : je ralentis avant chaque carrefour et je jette 1 coup d’œil au dessus de mon épaule gauche (1 rétroviseur peut aider, parmi les modèles testés par nos soins : parmi nos préférés, 3 bonnes références :

  • Zéfal Cyclop

    Zefal Cyclop. Source : bikeopole.eu

  • Mountain Mirrycle (très solide)

  • Cycle Star 80 de chez Buch et Muller (très grand miroir : 80mm de diamètre, et longue tige)

Source : bike24.com

Attention, l’angle mort concerne aussi les piétons.

3) je suis « visible et prévisible » :

visible par l’éclairage légal (conseils et législation), voire des vêtements clairs voire plus. Prévisible en prévenant notamment quand je tourne à gauche, en tendant le bras -ou quand je reste sur 1 rond-point.

Ces 3 premières règles comptent pour la majorité des accidents de vélo en ville : portière garée, angle mort de poids lourd, et cycliste trop peu visible ou ne signalant pas notamment un changement de direction : on est là bien au delà du simple respect du Code, insuffisant pour les dangers spécifiques au vélo.

4) je respecte les distances de sécurité :

ceci est valable par rapport à tous les autres usagers : je ne les colle pas, je me laisse une marge de plusieurs mètres, de façon à ce qu’un comportement imprévu de leur part (freiner brusquement etc), ne se transforme pas en accident pour tous.

Qu’ajouter ?

– bien entretenir son vélo (notamment pneus et freins)
– adapter sa vitesse aux conditions
– ne jamais rouler trop près des véhicules (essentiel : la distance de sécurité, et se donner une visibilité suffisante pour d’éventuels choses à éviter sur la chaussée)
– ne jamais rouler sur la peinture (passages piétons, marquage) ou le métal (regards d’égout/plaques), dans les trous d’eau, le sable et gravillons, et les feuilles mortes (glissance, et ce qu’ils peuvent cacher)

Parmi les conseils fondamentaux, et outre le respect du Code de la route (bien que celui-ci soit conçu de longue date pour les véhicules motorisés, et donc pas toujours adapté aux cyclistes), et que la voirie ne soit pas toujours très adaptée aux cyclistes non plus (manque d’aménagements cyclables, y compris sur grosses artères -par choix politique de privilégier le nombre de files motorisées et/ou le stationnement auto et/ ou le tourne à gauche, ou de la végétation), interdiction de prendre la plupart des sens interdits alors que l’Etat français lui-même recommande que la plupart soit autorisés aux vélos (!) : dans la pratique, ne manque que l’autorisation du Maire, même à 50km/h.

Même sans avoir le permis de conduire, il faut savoir que le code de la route se résume en :

  • priorité à droite, sauf panneau contraire ou feu rouge
  • respecter la vitesse maximum autorisée

    Exemple : 50 km/h maximum. Source : wikipedia.org

  • certaines voies sont interdites aux vélos (voies rapides, trottoirs sauf exceptions, de trop nombreux couloirs de bus)
  • le bon sens et la morale veulent que l’on respecte les usagers  vulnérables : les piétons, et les personnes en situation de handicap, et le devoir de prudence envers ces vulnérables (depuis 2008 en France)
Publicités
Cet article, publié dans Conseils, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s