Un peu de pédagogie sur 3 sujets : les coupures urbaines, le double sens cyclable, et le tourne à droite

Logo-PTR94

3 vidéos enrichissantes, à l’initiative du Club des villes et territoires cyclables :

1) L’excellent économiste Frédéric Héran évoque les coupures urbaines (1 des freins à la hausse de la proportion des déplacements à pieds, des personnes en situation de handicap, et à vélo), bref le « tout voiture » et ses limites.

2) Autoriser les vélos en sens interdit, est-ce dangereux ? Même Sucy s’y met ces jours-ci, partiellement.

3) Le tourne à droite, ou « céder le passage cycliste au feu », qui se développe dans nos villes, à quoi ça sert ? C’est comme les flèches clignotantes pour les voitures, vers la droite : on peut passer, mais en laissant la priorité. Ne serait-ce qu’à Paris, à partir de cet été, va falloir s’y habituer…

Publicités
Cet article, publié dans Conseils, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Un peu de pédagogie sur 3 sujets : les coupures urbaines, le double sens cyclable, et le tourne à droite

  1. Philippe Ungerer dit :

    Très intéressant ! Merci pour ces vidéos. J’ai reconnu dans les illustrations du discours de Frédéric Héran quelques-uns des points sensibles de ma région comme l’échangeur de Bercy-Charenton. Tout y est fait pour les véhicules motorisés, très peu pour les piétons et cyclistes. Cet échangeur empêche les cyclistes venant de la piste vélo-piétons en rive droite de la Seine de rejoindre les trottoirs et la piste cyclable du Boulevard des maréchaux, à moins de franchir quatre volées d’escalier sans ascenseur puis de revenir 200m sur ses pas dans un corridor grillagé sinueux… bref c’est glauque. Deux pistes cyclables, dont l’une est toute récente, se croisent à des hauteurs différentes, et il est impossible de passer de l’une à l’autre … Ubuesque. Ce que j’apprécie beaucoup dans l’exposé de Frédéric Heran, c’est la finesse du diagnostic qu’il porte sur les grandes villes : les centres urbains s’adaptent lentement aux vélos et aux piétons, mais les banlieues de première couronne ont encore beaucoup à faire pour traiter les coupures urbaines avec la grande ville ou avec les autres banlieues. Dans le Val de Marne nous avons une conjonction de facteurs défavorables que Frédéric Héran a bien cités : autoroutes (périphérique, A4, A86, A6, A6b), voies d’eau importantes (Seine, Marne), relief (coteau d’Ivry , côte de Chennevières, vallée de la Bièvre) , voies ferrées (RER, TGV Sud-Est ), grands équipements (aéroport d’Orly, gares de triage, halles de Rungis), stations d’épuration ( joinville, Sucy). C’est pourquoi il est très important de soutenir des projets comme le Tégéval contre vents et marées, c’est l’un des équipements qui devrait réduire les coupures. Les autres départements de première couronne ont leur lot de coupures aussi. Il n’y a pas lieu de désespérer pour autant. Pourquoi pas une passerelle (sans escalier) pour rejoindre les bords de Seine depuis Charenton par-dessus l’A4? Pourquoi pas un échangeur sans escalier et sans détours inutiles, pour relier les trottoirs du boulevards des maréchaux et le tramway à ce bord de seine ? peut-être ces projets sont ils dans les cartons mais alors pourquoi n’en parle t-on pas ? Les piétons et les cyclistes, qui paient aussi des d’impots et préservent la qualité de l’air, n’auraient-ils pas le droit à leurs propres échangeurs ?

    Cordialement,

    Philippe Ungerer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s