Parution de la fiche vélo  » réseau cyclable à haut niveau de service »

… où ce qui manque le plus à notre actuel réseau cyclable en Ile de France :

  1. la continuité … « réseau », « maillage »
  2. la notion de services, de confort et de sécurité, y compris aux carrefours, y compris pour les enfants cyclistes
  3. la lisibilité (jalonnement cyclable)
  4. l’efficacité : le 20 km/h de moyenne assurée à vélo
  5. la largeur suffisante, la séparation d’avec les piétons, les intersections sans motorisés ou moins longues, l’absence de chicanes exagérées et de « sélecteurs » qui empêchent certains vélos au quotidien
  6. une attention au revêtement et à l’entretien (végétaux, déneigement etc)

-> Bref ce que l’on fait très bien faire depuis les années 60 pour la voiture, mais si peu pour le vélo. En clair ce que nous demandons explicitement point par point depuis des années, le plus souvent en vain.

On téléchargera avec intérêt cette fiche, gratuitement, ici. A faire connaitre largement, et à transmettre aux élus et services techniques du coin.

Exemple Strasbourg

Exemple : Strasbourg

Le Réseau Express Vélo, le REVe, donc. A la lumière de l’expérience strasbourgeoise, danoise, et néerlandaise, le CEREMA, (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) nous gratifie de cette fiche et de bien d’autres quant au vélo utilitaire.

Extrait, qui rappelle nos préoccupations :

« Plusieurs pays et quelques villes européennes
se sont lancés dans la réalisation d’infrastructures
cyclables performantes.
Leur objectif de base est d’inciter davantage les
automobilistes à se mettre à la bicyclette sur
leurs trajets quotidiens, notamment domicile –
travail, sur des distances pouvant atteindre
10 à 20 km, afin de :
• réduire l’utilisation de la voiture (problèmes
de congestion, de stationnement, de pollution
de l’air) ;
• désengorger les transports publics, saturés
en heure de pointe ;
• inciter à la pratique d’une activité physique
régulière, bénéfique à la santé.
Bien au-delà de la vitesse permise par ces infrastructures,
c’est bien un niveau de service qui
est attendu par l’usager cycliste (confort, sécurité,
services…). C’est pourquoi, le terme
« réseau cyclable à haut niveau de service»
(RCHNS) a été choisi pour désigner ce type d’infrastructure
en France. Il s’inspire du concept de
bus à haut niveau de service (BHNS) mis en
oeuvre depuis plus de dix ans sur notre territoire.
Cette fiche a pour objet de dégager des grands
principes d’aménagement à recommander pour
la création d’un RCHNS ».

Objectif : assurer le 20 km/h de vitesse moyenne à vélo, même pour des parcours entre 10 et 20 km.

On remarquera aussi la parallèle avec la voiture :

  1. -des radiales pour drainer de la banlieue vers les villes-centre
  2. -des périphériques à vélo, dans les villes et autour

 

Publicités
Cet article a été publié dans Actualité, Aménagements. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s