Charenton-le-Pont va déployer un plan vélo d’envergure

A l’issue d’une phase de réflexion puis de consultation durant l’été, la ville de Charenton-le-Pont a adopté, le 13 décembre dernier, son plan vélo, à l’unanimité. Il est complet et ambitieux.

La ville de Charenton-le-Pont, aux portes de Paris, à la confluence de la Marne et de la Seine, et bordée par le bois de Vincennes, est une des plus petites communes du Val-de-Marne et l’une des plus densément peuplées. Elle connaît d’importantes coupures urbaines, outre les fleuves, avec l’autoroute A4 qui la borde et plusieurs faisceaux de rails. Comme beaucoup de communes d’Ile-de-France, la circulation motorisée y occupe une place centrale. Ses élus ont perçu les limites de ce modèle. C’était ainsi l’une des premières communes (avec Vincennes) à prévoir le stationnement payant pour les deux-roues motorisés. Aujourd’hui, Charenton a prévu de déployer un plan vélo ambitieux et méthodique, après des démarches de diagnostics, de réflexions et de concertation approfondies.

La réflexion et la concertation tout d’abord. Charenton a pris attache auprès des associations alentours: Paris en Selle-Paris Est Marne&Bois, Charenton Piéton Vélo et Partage Ta Rue 94. La consultation ensuite. Elle s’est déployée durant l’été. Nous avions l’avions relayé dans ce billet : la mairie a organisé des réunions et des ateliers, et développé des moyens de consultation en ligne très bien faits. Ces outils et les contributions réunies sont toujours visibles en ligne sur ce site: lafabriquecitoyenne.charenton.fr.

Le conseil municipal s’est enfin réuni le 15 décembre 2021 pour adopter le plan vélo, à l’unanimité. Son maire Hervé Gicquel entend « adapter la ville aux besoins de demain« : « Il convient de donner une juste place aux vélos dans notre commune qui est volontaire pour accompagner l’accroissement de son usage. […] Le vélo est aujourd’hui un moyen de locomotion résilient qui doit servir à apaiser notre ville. Pour le promouvoir, la Municipalité accompagnera ses utilisateurs, partagera de façon équilibrée l’espace public, développera l’offre de services et veillera au respect des règles de circulation« .

Un plan vélo à 360°

La mairie a en effet retenu une approche globale et complète, employant tous les moyens et type d’aménagements et de signalétique: pistes et bandes cyclables, « zones 30 », zones de rencontres, doubles-sens cyclables, etc. Toute la panoplie y est, on va le voir. Au total, le plan prévoit 4,6 km de nouvelles pistes cyclables sécurisées en plus de 7 km de double-sens cyclables supplémentaires.

Des aménagements nombreux et variés propices aux mobilités actives

Les principaux aménagements

Le maillage cyclable se veut complet et adapté, en ajoutant ou améliorant des aménagements à double vocation: la connexion aux grands axes d’une part, et le réseau de desserte d’autre part.

En ce qui concerne le réseau structurant, Charenton entend notamment améliorer les connexions:

  • avec les futures lignes « E » du « RER vélo », qui devrait longer Charenton et la Seine (chemin du halage et chemin de l’ancienne écluse), de Paris à l’ouest vers le Pont de Charenton et Saint-Maurice vers l’est, et aussi Maisons-Alfort ;
  • avec l’EuroVélo 3 (alias la « Scandibérique »), cette voie cyclable transeuropéenne plus orientée tourisme, qui passe également sur le chemin du halage entre la Seine et et l’A4 mais bifurque à Charenton vers le sud, par la passerelle aux câbles pour rejoindre Ivry-sur-Seine;
  • avec le bois de Vincennes et la rive gauche de la Seine côté Ivry, grâce à l’avenue de la Liberté qui reliera les deux. Partie de la D154 (là c’est le département à la manœuvre), elle permettra de traverser la commune du nord au sud. Au niveau du pont Nelson Mandela « amont », le département a en outre entrepris des travaux de dévoiement de réseaux, en préparation d’une rampe piéton-Vélo qui connectera la rive à l’avenue de la Liberté;
  • en outre, à plus long terme, le plan vélo doit être articulé avec le schéma départemental des itinéraires cyclables (SDIC) et avec le plan vélo métropolitain en cours d’étude;
  • Enfin et bien sûr, il est prévu d’améliorer les jonctions vers Paris.

Tous les axes structurants ne seront pas équipés de pistes cyclables. Des bandes cyclables seront implantées sur chaussée ou sur trottoir dans certains passages contraints, en particulier aux traversées du faisceau de voies ferrées.

Les axes structurants, les principales connexions de Charenton

La rue de Paris revue

Quelques mots sur la rue de Paris alors: elle s’inscrit dans la départementale D6, elle est rectiligne et traverse l’essentiel de la commune d’est en ouest (où elle devient dans Paris la rue de Charenton). Les cyclistes la redoutent voire l’évitent en raison de sa bande cyclable perpétuellement occupée par des voitures ou camions en stationnement. D’ailleurs la mairie promet d’intensifier la verbalisation des véhicules motorisés stationnant sur les bandes cyclables…

Mais un bon aménagement vaut tous les contrôles, et le plan vélo évoque – car il s’agit de la responsabilité du département, qui sera maître d’ouvrage – une large réfection de la rue de Paris avec des pistes cyclables séparées, en unidirectionnel ou en bidirectionnel, avec inversion des bandes de stationnement et de circulation cyclable. Les travaux doivent commencer cette année.

Le croisement des rue de Paris et Anatole France est identifié parmi 20 points sensibles devant être remaniés. Ici le stationnement automobile sera déplacé, les pistes cyclables bien séparées de la circulation.

En ce qui concerne le réseau de desserte, il se veut capillaire sur toute la commune, avec de nouvelles bandes et pistes cyclables et la généralisation des doubles sens cyclables pour les voies à sens unique. La carte ci-après expose la mesure de cette extension (axes en jaune).

En jaune les itinéraires ajoutés en double-sens cyclable.

En signalétique et en complément, il est prévu de déployer des panneaux de signalisation « cédez-le-passage cycliste au feu rouge” et des feux cyclistes, ainsi que des sas vélo.

Le plan prévoit la sécurisation progressive de l’ensemble des lieux accidentogènes, notamment les carrefours. Une vingtaine de points sensibles sont identifiés au travers de la ville, par exemple aux abords du gymnase Tony Parker. Nous parlions de quelques conflits d’usages possibles à cet endroit, au sortir de la passerelle d’Alfortville. Les abords du gymnase doivent être revus.

On salue un abaissement général de la vitesse de circulation motorisée par extension des « zones 30 » (même le quai des carrières et le quai de Bercy, dont les limitations sont aujourd’hui à 50 km/h, devraient passer à 30 km/h), et la limitation passerait même à 20 km/h dans les rues les plus résidentielles. De nouvelles zones de rencontre sont prévues, rue du Séminaire de Conflans et avenue Jean Jaurès. Moins de bruit, de pollution, de risques d’accident, l’ensemble des habitants devrait bénéficier de ces mesures.

Tout un écosystème

Côté stationnement, il est prévu d’installer près de 200 nouveaux arceaux, soit 400 places, pour atteindre un total de 700. A cette fin, des stationnements automobiles seront remplacés par du stationnement vélo dans les 5 mètres en amont des passages piétons, comme le prévoit la loi « LOM » (mais avant la date butoir de 2026). Des matériels de réparation et de gonflages seront déployés également.

Enfin, diverses idées et mesures doivent compléter « l’écosystème »:

  • Du comptage automatisé: la ville dispose de deux éco-compteurs à vélo situés rue de Paris; deux autres devraient être acquis, le département devant enfin en implanter un également (au pied de la future rampe vélo-piéton du pont Nelson Mandela « amont »);
  • L’expérimentation de « rues scolaires »: fermeture de la circulation aux véhicules motorisés aux heures d’entrées et de sorties des classes, au moyen d’un agent chargé du trafic (la mesure la plus demandée lors des consultations);
  • Des cours de « Savoir rouler à vélo » pour les plus jeunes, de l’information, de la cartographie, de la sensibilisation à la sécurité, tout un panel de mesures comportementales et informationnelles rejoignent la panoplie.

Côté budget, le plan vélo a été doté lors du même conseil municipal d’un financement de 2,5 millions d’euros, sur trois ans. Soit un peu plus du tiers du budget annuel d’investissement de la ville.

Reste donc la mise en œuvre. La plan a prévu la mise en place d’un comité de suivi, devant se réunir au moins une fois par an diverses parties prenantes et associations sensibles à l’aménagement de la ville. pour vérifier sa mise en œuvre. Partage Ta Rue 94 entend le suivre de près.

Mais il y a déjà lieu de saluer un plan et des orientations solides et prometteuses, et d’encourager les élus à tenir et poursuivre dans cette direction. Le plan vélo de Charenton pourrait, s’il est bien réalisé, devenir un modèle en Val-de-Marne.

La documentation complète concernant le plan vélo de Charenton est accessible ici sur le site de la mairie.

A propos Peperlito

Touche à tout et rien
Cet article a été publié dans Actualité, Aménagements. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Charenton-le-Pont va déployer un plan vélo d’envergure

  1. Bourdariat Jean dit :

    Bravo à la ville de Charenton.
    On espère que la piste qui borde le bois sera rénovée, le revêtement est en mauvais état de Charenton au plateau de gravelle. Elle est aussi trop étroite.

    • bicyc94 dit :

      Il faut espérer en effet que la piste cyclable qui longe la route du Plateau de Gravelle soit élargie et rénovée un jour… mais aussi curieux que cela paraisse cette piste n’est pas située sur la commune de Charenton ni même sur Vincennes, mais sur Paris 12 eme !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s