Bilan 2015-2022 des aménagements cyclables à Créteil: les vélos moins protégés de la circulation motorisée

Pendant longtemps j’ai suivi l’évolution des aménagements cyclables en tant que cycliste habitant Créteil et correspondant de PTR94. Comme je quitte Créteil pour vivre à Chambéry, c’est le moment d’en faire le bilan. En quoi les voies du domaine public ont-elles changé du point de vue d’un cycliste du quotidien ? Voyons année par année les principaux changements…

2015

– réalisation par le CD94 (Conseil de Département du Val-de-Marne) de la voie verte de l’avenue de la Pompadour (D86) entre la gare RER de Créteil Pompadour et la limite de Choisy le Roi, sur environ 500 m.

– réalisation par le CD94 (avec cofinancement de la région) de la piste cyclable bidirectionnelle de la D19, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, entre la rue Laferrière et la limite de Maisons-Alfort. Ce tronçon long de 600 m est très fréquenté car il est en continuité avec les aménagements antérieurs de la D19 à Créteil.

– réalisation de la passerelle piétons-vélos de la Tégéval et de ses chemins d’accès par le syndicat mixte CD94-région IdF. Très esthétique et bien dimensionnée, cette voie verte est malheureusement peu empruntée, sans doute en raison de la faible densité de population des zones desservies et du manque de clarté de la signalisation pour les cyclistes.

2016

rétrécissement de l’allée piétons-vélos reliant le quartier Palais-Université au quartier Mairie-Préfecture. Sur 50 m, la voie qui était large de 4 mètres est réduite à 1,40 m de large par la pose d’une grille censée protéger les habitants d’un immeuble des Choux. Depuis, les vélos ne peuvent plus s’y engager qu’au risque de gêner fortement les piétons. Sur les 300 m séparant la place du Palais et la passerelle sur l’avenue de Choisy, cette voie est devenue de fait exclusivement piétonne. Dommage, elle était le seul passage protégé pour les cyclistes entre le quartier Palais-Université et le quartier Mairie-Préfecture–Lac de Créteil.

neutralisation temporaire par Vinci de la piste cyclable reliant la D19 à la rue Gustave Eiffel pour les besoins du chantier du parking voitures de 600 places de l’hôpital Henri Mondor. Aucun itinéraire vélo n’a été proposé en remplacement. Les travaux ont endommagé le revêtement qui n’a pas été remis en état à la fin du chantier (2017).

2017

suppression de la piste cyclable de la rue Gustave Eiffel sur plus de la moitié de sa longueur (350 m sur une longueur initiale de 600 m) pour laisser la place au chantier de la future gare de l’Echat (ligne 15 Sud). Aucun aménagement temporaire pour remplacer cette destruction malgré la durée des travaux (10 ans). Cet axe était pourtant très utile pour relier le quartier Buttes-Bordières au quartier Université – Palais et pour accéder à la station de métro depuis ces quartiers.

2018

– Mise en service d’un parking public de 300 places (Brie-Joly) débouchant sur la piste cyclable de la D19. Depuis, la piste cyclable est utilisée sur 30 mètres comme principale voie de sortie avec une très mauvaise visibilité, rendant cette section dangereuse pour les cyclistes. A proximité immédiate, la réalisation de la place Arnaud Beltrame a supprimé sur 50 m la piste cyclable, et une fontaine arrose fréquemment l’endroit où passait la piste. Ces réalisations reviennent à neutraliser la piste cyclable sur 100 m environ dans le sens Bonneuil→Maisons-Alfort.

Depuis 2018 la piste cyclable de la D19 est utilisée comme voie de sortie du parking public Brie-Joly

suppression sur 250 m de la piste cyclable de la D215 rue du Port (chantier du puits d’accès à la ligne 15 Sud). Pas d’aménagement temporaire pour protéger les cyclistes, mais pose de chicanes en béton pour les obliger à emprunter la route… à leurs risques et périls. En 2022, on en est quasiment au même point.

2019

neutralisation sur 250 mètres du reste de la piste cyclable de la rue Gustave Eiffel, afin de créer des places de stationnement automobile gratuites supplémentaires à proximité de l’entrée de l’hôpital Henri Mondor. Ajoutée à la suppression de 2017 due au chantier de la gare, cette neutralisation achève de rendre inutilisable la piste cyclable sur toute la longueur de la rue Gustave Eiffel.

De la piste cyclable bidirectionnelle de la rue Gustave Eiffel il ne reste plus que le panneau !

– Intersection rue du Général Leclerc–Avenue Brossolette (D19) : réfection de la place avec massif de fleurs et fontaines, interrompant sur 100 m la piste cyclable de la D19 qui longe normalement l’avenue Brossolette dans le sens Bonneuil-Paris. Les cyclistes doivent maintenant s’engager dans la rue du Général Leclerc sur 100 mètres, puis tourner à gauche et se faufiler ensuite entre des poteaux pour rejoindre la piste cyclable… sans signalisation au sol, dans une zone où le stationnement anarchique est très répandu. Fort dangereux…

– quartier des Bouvets : à l’occasion de la construction du nouveau quartier des Bouvets, création d’une zone 20 (chemin des Mèches, rue Jean Hemard) et de 100 mètres de piste cyclable sur trottoir (chemin des Mèches). La zone 20 n’est pas différenciée et elle fait l’objet d’un stationnement auto anarchique. Elle sert aussi de débouché au parking collectif de l’immeuble Derichebourg (ex pyramide Pernod). La piste cyclable serpente entre de nombreux obstacles et s’interrompt aux intersections, ces dernières étant souvent fréquentées par des véhicules utilitaires. Une réalisation qui n’a rien apporté aux cyclistes, mais elle a permis d’obtenir une subvention du CD94 et de verdir l’image de la ville !

Piste cyclable sur trottoir du chemin des Mèches, installée en 2019

– installation d’une chicane sur la voie piétonne reliant le mail des Mèches au Chemin des Mèches, sous l’A86. Depuis, le passage en vélo cargo est impossible. C’est dommage car c’est le seul franchissement protégé de l’A86 pour les cyclistes à Créteil.

2020

réparation du revêtement très endommagé de la piste cyclable longeant la D19 au niveau de la passerelle de Basse Quinte, après plusieurs signalements du danger par notre association.

réfection des aménagements cyclables de la rue Jean-Baptiste Oudry dont la piste cyclable, datant de plusieurs dizaines d’années, était très endommagée et dangereuse. L’aménagement refait sur trottoir est en partie une voie verte piétons-vélos, en partie une piste cyclable et s’interrompt en quelques endroits (intersections, entrées de parking).

création de 3 pistes cyclables temporaires en mai-juin 2020 , dont deux par le département (D86 et D19) et une par la Ville de Créteil et GPSEA (Grand Paris sud-Est Avenir) : avenue du Général de Gaulle et quai de la Croisette, longueur 3 km, coût 300 000 euros environ. Ces pistes sont appréciées des cyclistes, sauf la section du quai de la Croisette réalisée au détriment d’un cheminement piéton.

suppression de l’essentiel des pistes cyclables temporaires sur chaussée de la D86 et de la D19 sur le territoire de Créteil, à la demande du maire qui l’a demandé par lettre à l’automne 2020 au CD94. Suppression à l’initiative de la Ville et du GPSEA de la piste cyclable temporaire de l’avenue du Général de Gaulle (2 km), trois mois seulement après sa création et sans analyse sérieuse de sa fréquentation.

– requalification de la rue de la Prairie dans le quartier des Iles : création d’une zone 20 avec mise en sens unique et double sens cyclable sur 350 m. C’est une réalisation utile, même si l’on peut regretter le manque de continuité avec la piste cyclable de la rue du Port.

2021

– pose de panneaux de signalisation de la Tégéval dans le parc de l’Ile de Loisirs: quasiment illisible pour un cycliste, cette signalisation est surtout destinée aux piétons.

report à la demande de la direction des routes d’Ile de France (DIRIF) de l’aménagement du carrefour Pompadour (anneau piétons-vélos et passages protégés), qui avait pourtant obtenu un financement du plan Vélo. Ni la Ville ni le CD94 n’ont protesté. Pour l’instant le budget prévu par le CD94 a été redéployé sur d’autres postes.

requalification par le GPSEA de l’avenue du Général Gallieni dans la zone 30 du quartier des Buttes : le double sens cyclable qui ne concernait qu’une partie de l’avenue auparavant a été étendu sur 150 mètres jusqu’à la D19 avec une bonne signalisation au sol et des ralentisseurs.

2022

– création par le GPSEA d’une piste cyclable sur trottoir dans un sens de circulation sur la partie Ouest de la rue du Dr Paul Casalis, de la sortie du métro Créteil-Préfecture à la rue Juliette Savart, sur une section pentue de 350 m de long environ. La rue reste en double sens pour les voitures et les bus, ce qui laisse peu de place pour les piétons et vélos. Au droit de l’arrêt de bus, les piétons doivent emprunter la piste cyclable ou la chaussée. Sur plusieurs tronçons la piste cyclable est traversée par les véhicules prenant ou quittant le stationnement.

Piste cyclable sur trottoir de la rue du Dr Casalis (à gauche de l’abribus)

pose de barrières sur le cheminement de Bretagne (le long de l’hôpital Cheneviers), qui était jusque là une voie partagée piétons-vélos sur 450 m de longueur. Passer ces barrières avec un vélo simple est très difficile, et avec une carriole, un vélo cargo ou simplement des sacoches c’est impossible. Avec la disparition de l’accès à cette voie piétonne il n’existe plus aucun aménagement cyclable protégé reliant le centre ancien et le quartier Mairie-Préfecture-Lac de Créteil.

Le cheminement de Bretagne est inaccessible aux cyclistes depuis la pose des barrières en 2022

– pose par la Ville d’une double chicane à l’entrée de la rampe cyclable de la passerelle du Halage sur la Marne, obligeant les cyclistes à mettre pied à terre et à démarrer en côte dans le sens Créteil → Saint-Maur (dissuasif !). Les scooters continuent à passer alors que la chicane était censée les en empêcher. (NB : les piétons bénéficient d’une rampe séparée coté Nord et d’un escalier sur cette passerelle, mais c’est bien la rampe cyclable coté sud qui a été équipée de chicanes).

Double chicane installée en 2022 sur la rampe cyclable de la passerelle du Halage

Publication du Plan vélo du GPSEA sans engagement significatif sur les aménagements cyclables à Créteil, en particulier à propos de la D86. La Ville ne participe pas aux réunions de concertation organisées par la Région sur la mise en place du RERV (Réseau Express Régional Vélo) ligne GC dont le tracé emprunte la D86 de Choisy à Joinville.

Conclusion :

– en ce qui concerne les aménagements partagés avec la circulation motorisée on note une extension quantitative sur la période 2015-2022 : quartier des Bouvets, rue de la Prairie , avenue du Général Gallieni notamment. Sur le plan qualitatif ces extensions sont inégales , les nouvelles zones 20 étant parfois peu protégées ou mal signalées.

– en ce qui concerne les voies partagées avec les piétons – qui constituent une part importante du réseau cyclable de Créteil- les extensions significatives ont eu lieu surtout en début de période (2015) : passerelle de la Tégéval, voie verte de l’avenue de la Pompadour. On constate ensuite une régression de l’accès cyclable aux voies piétonnes existantes avec la pose de barrières et chicanes : cheminement de Bretagne, cheminement Palais-préfecture (quartier des Choux), passage sous l’A86 vers le quartier des Bouvets (mail des Mèches – chemin des Mèches), passerelle du Halage. Cette régression récente est d’autant plus importante qu’elle supprime plusieurs liaisons cyclables protégées entre des quartiers qui en bénéficiaient jusque là. On peut rappeler que dans le code de la route, les voies piétonnes restent accessibles aux cycles à condition qu’ils roulent au pas. On peut aussi regretter que les barrières et chicanes restreignent fortement l’accès à nombre de personnes à mobilité réduite.

– en ce qui concerne les pistes cyclables pérennes, on a enregistré une création importante et utile en début de période (prolongement de la piste de la D19 notamment ), mais les créations ultérieures (rue du Dr Casalis, chemin des Mèches) laissent à désirer sur le plan qualitatif. Ces créations ne compensent pas les suppressions (rue Gustave Eiffel, rue du Port, rue du général Leclerc, place Arnaud Beltrame), qui ont touché des axes de communication importants. On peut certes objecter que certaines de ces suppressions sont temporaires car dues au chantier du Grand Paris Express, mais elles durent déjà depuis 5 ans ou plus, et dans le meilleur des cas dureront encore plusieurs années.

Carte des pistes cyclables (site de la Ville de Créteil, octobre 2022) avec corrections et mises à jour par l’auteur en gris, en vert clair et en rouge (NB : il n’y a aucune zone 10 mais des zones 20)

Le bilan qui précède n’est pas exhaustif et peut contenir des imprécisions mais globalement le constat me semble clair ; les cyclistes sont moins protégés de la circulation motorisée dans les rues de Créteil en 2022 qu’en 2015. Ils sont de plus en plus contraints au “vivre ensemble” avec les voitures, et doivent même parfois leur céder le peu d’espace public qui leur est dévolu. Depuis la fable des pots écrite par Esope il y a 2500 ans, on sait pourtant que le pot de terre a tout à perdre à voyager avec le pot de fer! C’est particulièrement vrai à Créteil qui est une ville anxiogène pour les cyclistes avec ses artères larges où les voitures roulent vite. L’évolution cristolienne est à l’opposé de celle des communes voisines sur la même période – qui ne sont pas des modèles de villes cyclables pour autant – : à Bonneuil, construction de pistes cyclables et d’une voie verte avec le soutien de l’Etat, du CD94 et du Plan Vélo ; à St Maur, construction de plusieurs km de pistes cyclables et passage de l’ensemble des rues en zone 30; à Maisons-Alfort, bouclage par le CD94 de la piste cyclable de la D19 et suppression de places de stationnement auto devant la gare SNCF pour les piétons et vélos. Il n’est donc pas étonnant que Créteil figure parmi les villes mal classées du département dans le Baromètre des Villes Cyclables de la FUB (Fédération des Usagers des la Bicyclette).

Quelle évolution peut-on espérer ? La fin des chantiers de la ligne 15 sud devrait apporter une amélioration ces prochaines années. Créteil compte nombre de voies fort larges où il serait tout fait possible de protéger les cyclistes sans beaucoup ralentir la circulation automobile : c’est aussi un facteur d’espoir. Mais pour cela il faut une volonté politique qui a fait défaut ces dernières années de la part de la Ville : on ne peut qu’être préoccupé du manque de collaboration de la Ville dans les projets menés au niveau départemental (carrefour Pompadour) ou régional (RERV), lesquels bénéficieraient pourtant de financements publics importants du Fonds Vélo ou de la Région ile de France. On peut aussi s’inquiéter que le Plan Vélo du GPSEA, publié fin 2021 après trois longues années de gestation, contienne aussi peu d’engagements concrets sur Créteil. Les bénévoles qui reprennent le suivi des aménagements cyclables à PTR94 vont devoir se livrer à un fort travail de conviction pour les faire évoluer dans un sens favorable aux cyclistes à Créteil !

Publicité
Cet article a été publié dans Actualité. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Bilan 2015-2022 des aménagements cyclables à Créteil: les vélos moins protégés de la circulation motorisée

  1. pedalo 94 dit :

    Excellente rétrospective. Créteil, ville préfecture, est dans la continuité du tout voiture propre au 20ème siècle. Peu d’avancée pour les circulations douces et même parfois, tristement, en recul. Une vitesse limitée à 30km/h comme la ville de Saint-Maur-des-Fossés, hormis les grands axes de circulation serait la bienvenue.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s